PUBLICITÉ
PUBLICITÉ

À LA UNE

DANS L'ACTU

LES RENDEZ-VOUS DE METRONEWS

Filles aventurières et exploratrices chez Lego : oui, mais pour combien de temps ?

Filles aventurières et exploratrices chez Lego : oui, mais pour combien de temps ?

Dans le monde merveilleux de Lego, les filles peuvent désormais devenir ingénieures aéronavales. C'était impossible avant juin 2015, période à laquelle le géant mondial du jouet a lancé une nouvelle gamme faisant la part belle aux personnages féminins, dans des rôles qu'on attribuait jusqu'alors aux seules figurines masculines. Au catalogue des petits bonshommes jaunes, figurent donc à présent des femmes vétérinaires, exploratrices, guerrières ou encore mécaniciennes. Une nouvelle collection qui fait un pas de plus dans la lutte contre les stéréotypes, déjà initiée en 2014, lorsque la marque suédoise a décidé de commercialiser une gamme de jouets représentant des femmes scientifiques. Dans les rayons des magasins, leur succès n'est pas à démontrer : ces jouets font fureur. EN SAVOIR + >> « C'est toujours les garçons en cow-boys et les filles en mariées ! » Mona Zegaï, doctorante en sociologie spécialisée dans la socialisation du genre, voit d'abord dans l'apparition de ces figurines une bonne nouvelle. Contactée par metronews, elle explique : « Les représentations sociales sont largement véhiculées par le biais des jouets. Depuis longtemps, dans les livres pour enfants, on représente la maman comme une femme au foyer. Alors bien sûr, des jouets qui vont dans le sens d'une représentation plus égalitaire de la société, c'est toujours une bonne chose. Ils peuvent contribuer à transformer les goûts et les aspirations des enfants. » Et Lego n'est pas la seule société à se détacher des représentations genrées pour remplir le coffre à jouets. De plus en plus, des poupées asiatiques à la peau noire ou aux cheveux crépus voient le jour dans les pays occidentaux. La poupée Lammily, aux mensurations plus humaines que celles de Barbie, met à mal les clichés sur le corps féminin. Enfin, Playmobil s'est lancé ce mois-ci dans les jouets figurant des personnages en situation de handicap. « On fabrique ce qui fait vendre » Mais, face à ce qui semble devenir une nouvelle mode, la sociologue ne peut s'empêcher de voir derrière ces lancements une stratégie non dénuée d'intérêt. « Dans le cas de Lego, leur gamme spécialement destinée aux filles, franchement girly et appelée “Lego Friends”, connaît un grand succès en même temps que de franches critiques. Alors, pour préserver leur image de marque et créer une dynamique positive, pour éviter le bad buzz aussi, à l'heure où les réseaux sociaux relaient tout très vite, l'entreprise essaie de limiter la segmentation garçons-filles de leur offre. » Et Mona Zegaï de conclure : « On fabrique ce qui fait vendre. » En d'autres mots, si un jour ces gammes progressistes ne rapportent plus, il y a fort à parier que les fabricants n'auront aucun scrupule à revenir en arrière. À LIRE AUSSI >> Jouets stéréotypés : des messages contre le sexisme glissés dans les cadeaux de Noël
PUBLICITÉ
campagne citoyenne
Edition PDF du jour

VOTRE JOURNAL EN PDF

CONSULTER
PUBLICITÉ
SUIVEZ-NOUS SUR

Les articles les + lus

PUBLICITÉ

Notre partenaire emploi

Jouez avec Club Metro

Tous vos jeux en ligne

blogs

Le ticket de Metro d'Ovidie

Le blog de l'actualité et de la culture sexe

Dernières nouvelles du milieu

Humeurs et rumeurs du grand banditisme

Avenir, Amour, Carrière

Votre horoscope

Soleil, nuages, pluie ou neige ?

meteo""


PUBLICITÉ