PUBLICITÉ
PUBLICITÉ

Les Harlem Globe Trotters enchantent Bercy

Par pierre.bohm le 13 avril 2012 Aucun commentaire

Wilt Chamberlain, époque Trotters.

« J’ai découvert le basket en les regardant à la télévision en noir et blanc. J’ai été ébloui. Cela m’a donné envie de jouer ». Ainsi parle LA voix du basket américain en France, George Eddy. L’objet de son admiration ?  Les Harlem Globe Trotters (HGT). Cette équipe pourrait se définir par un mélange de basket et de cirque. Aujourd’hui, ces joueurs hors normes participent à 255 matchs par an sur tous les continents. Mercredi 11 avril, pour la première fois, ils posaient leurs valises sur le parquet du Palais Omnisport de Paris Bercy. 10 000 spectateurs avaient répondu présents dans une ambiance familiale. Ils ont pu apprécier les pitreries basket-ballistiques des « Trotters ». Pitreries ? Disons qu’un match de basket où on peut mettre des mains aux fesses du joueur adverse pour qu’il rate son tir, où on peut s’assoir dans le panier pour éviter les shoots adverses, où on négocie le nombre de lancer-francs avec le public et où certains tirs valent quatre points se rapproche plus du cirque, au sens noble du terme, que du sport. Et pourtant, selon Mister George, les Harlem Globe Trotters sont aussi des sportifs.

Des athlètes exceptionnels, un match scénarisé

« Ces joueurs ont des capacités physiques exceptionnelles, ce sont à la base de bons basketteurs souvent repérés au moment de l’université aux Etats-Unis » détaille George Eddy entre photos, sourires et mots gentils qu’il offre aux fans qui se pressent autour de lui. Mais « leurs adversaires sont complaisants et le match est scénarisé » reconnait l’homme à l’accent américain le plus connu de France. En effet, cela fait bien longtemps que les HGT n’ont pas perdu et le speaker a beau jeu d’expliquer que « s’ils perdent ce soir, ils arrêtent le basket ». Ce soir là à Bercy, les Trotters ont gagné. Et cela fait quasiment 86 ans que cela dure.

40 ans sans voir Harlem

Les Harlem Globe Trotters sont nés en 1926 dans les ghettos noirs du sud de… Chicago et non de New York, comme pourrait le laisser penser leur nom. Il faudra attendre quatre décennies pour que les Trotters jouent enfin « à domicile », à Harlem en 1968. Le quartier d’Harlem à « Gotham » a été choisi pour figurer dans le nom de l’équipe car il était un lieu important de l’imaginaire collectif des Noirs américains. Car à travers leur histoire, la question raciale est omniprésente.

« Sale noir » contre « Oncle Tom »

En effet, il faut attendre les années 40 pour que la ligue de basket américaine accepte des joueurs Noirs dans leur effectifs. Pendant des années, les HGT sont le seul moyen pour les Noirs de jouer au basket à haut niveau. Jusque dans les années 70, ils sont victimes de la ségrégation, se changent parfois dans des vestiaires insalubres, sans eau pour se désaltérer. Il faut dire qu’une équipe de Noirs propriété d’un homme d’affaire juif, cela fait jaser. Ils sont aussi rejetés par certains Noirs américains qui, luttant pour les droits civiques, voient dans leur pitrerie des « Oncle Tom », c’est à dire des Noirs trop complaisants avec la « domination blanche ». Il faudra attendre de longues années pour qu’ils soit enfin reconnus dans leur propre pays.

Messi, Bill Cosbey et JP-II

Aujourd’hui les Trotters sont des stars, reçus à la Maison Blanche. La question raciale a laissé place au show et au business. S’ils sont moins bien payés que les joueurs NBA, les HGT gagnent environ 100 000 dollars par an. De quoi vivre confortablement. Ils peuvent faire vivre l’héritage du légendaire Wilt Chamberlain, qui a été Trotters avant d’être le champion aux 100 points en un match et de l’acteur de série Bill Cosbey. Ils comptent aujourd’hui comme membres honoraires Tim Howard, le gardien d’Everton, Lionel Messi, qu’on ne présente plus, et… Jean-Paul II.

Mais les meilleurs ambassadeurs des Harlem Globe Trotters ce sont les enfants qui se pressaient en nombre à la fin de la rencontre pour obtenir un autographe. « Parmi eux, se trouve peut être le futur Tony Parker » rêvait George Eddy.

[youtube]http://www.youtube.com/watch?v=4-zfnpOC3mw&feature=related[/youtube]