PUBLICITÉ

Big Bug Blog

Par Florence Santrot

Sept ans de réflexion pour créer un verre connecté

Par Florence Santrot le 16 juin 2014

Verre connecté Vessyl

Une start-up américaine a passé sept ans sur un seul et unique projet. Un verre. Mais pas n’importe quel verre. Pas n’importe quelle forme, pas n’importe quelle fonctionnalité non plus. Car ce verre, qui tient plus de la mug-thermos il faut bien l’avouer, est connecté. Oui, Vessyl est un peu un ovni. En apparence, il aurait pu être dessiné par un employé d’Apple ou par Philippe Starck.

Tout en sobriété, de couleur noire ou blanche, Vessyl vous accompagne partout, tout le temps, et suit votre consommation de liquides tout au long de la journée. Cet objet connecté génial, doté d’une batterie qui se recharge par induction, se connecte en effet à votre smartphone en Bluetooth. Il possède une capacité de 0,4 litre. A chaque fois que vous versez un liquide dans le verre, il identifie le contenant (de l’eau, du thé, du jus d’orange… et peut même trouver la marque) et son volume. Selon The Verge, qui a testé l’objet, Vessyl est même capable de dire si le café que vous buvez est du jus de chaussette ou un espresso milanais.

Verre connecté Vessyl

Objectif : vous alerter si vous avez des habitudes de consommation néfastes en matière de liquide mais aussi vous inciter à boire plus et plus régulièrement tout au long de la journée. Puisqu’il identifie le contenant, il peut cumuler le nombre de calories bues en 24 heures, de même que le sucre, le sel, les protéines, etc.  Manger mieux, oui, mais boire mieux aussi.

Actuellement en précommande pour 99 dollars (73 euros) au lieu de 199$, Vessyl sera lancé prochainement, avec livraison à l’international.

embedded by Embedded Video

YouTube Direkt

Partager
[del.icio.us] [Digg] [Facebook] [Google] [LinkedIn] [Twitter] [Windows Live] [Yahoo!] [Email]
Dans la catégorie: Matériel Tagged with: , , , ,

L’adieu au Contrôle+S

Par Florence Santrot le 23 mai 2014

controle S

Ou au Pomme+S. A vous de choisir votre camp.

Sans bruit, sans association de défense, sans comité de soutien… la sauvegarde manuelle est en danger. C’est en regardant les habitudes d’une personne encore et toujours assidue à Windows XP que je me suis fait la remarque : j’ai perdu le réflexe de la sauvegarde manuelle. Aujourd’hui, le tout automatique devient la norme. Tous mes logiciels et les applications que j’utilise, ou presque, ont recours à la sauvegarde automatique. Le backoffice sur lequel j’écris ce post de blog, le logiciel de bureautique avec lequel j’écris mes articles, celui qui me permet de faire de la retouche photos, l’autre dédié au montage vidéo, ma messagerie électronique, de plus en plus de formulaires en ligne, les jeux vidéo… ils gèrent tous la sauvegarde d’eux-mêmes.

Il y a encore une quinzaine d’années, l’étudiante paranoïaque que j’étais appuyais frénétiquement – et toutes les cinq minutes – sur les deux touches Contrôle et S. La peur du crash de Windows, celle du bug de Word ou d’un équivalent gratuit, la durée limitée de l’autonomie de la batterie du PC portable ou tout simplement la peur qu’une panne de courant n’éteigne brutalement et simultanément notre tour et notre écran… Nous vivions dans la crainte. Aujourd’hui, j’ai l’intime conviction que tout ce que je tape comme texte sur mon portable, dans ma tablette ou mon smartphone sera automatiquement sauvegardé. Et c’est la réalité dans plus de 90 % des cas. Mon pouce et mon index ont perdu l’habitude dece raccourci clavier tant fait et refait jusqu’à la fin des années 2000. Et mon niveau de stress n’en est que plus bas. Tant mieux !

Partager
[del.icio.us] [Digg] [Facebook] [Google] [LinkedIn] [Twitter] [Windows Live] [Yahoo!] [Email]

La guerre Android – iPhone est arrivée près de chez vous !

Par Florence Santrot le 24 avril 2014

Paris Android iPhone

Qui a la plus grosse (communauté) ? En prélevant les informations présentes dans les tweets (type d’appareil utilisé pour poster), Mapbox.com a créé une cartographie de la popularité des principaux systèmes d’exploitation, à savoir Android (Google) et iOS (Apple, iPhone). Il est également possible d’afficher les possesseurs de Blackberry et les autres supports (extrêmement minimes). Un outil parfait pour constater la guerre que se livrent les fabricants de mobiles dotés d’Android (Samsung, LG, Sony Mobile, HTC…) et Apple avec son iPhone sous iOS.

Le rendu cartographique de cette conjonction de datas (Twitter et et OS) est particulièrement réussi et instructif. On peut ainsi constater ville par ville, et même quartier par quartier, quelle est le niveau de popularité de tel ou tel système d’exploitation mobile. Avec 280 millions de tweets utilisés, le système semble plutôt fiable et permet de constater les points chauds d’une ville ou d’une zone pour tel ou tel OS.

Explorer la carte en détail

Partager
[del.icio.us] [Digg] [Facebook] [Google] [LinkedIn] [Twitter] [Windows Live] [Yahoo!] [Email]
Dans la catégorie: Mobile Tagged with: , , , , , ,

Aujourd’hui, j’ai utilisé 387 fois mes mots de passe

Par Florence Santrot le 14 avril 2014

Password

La faille de sécurité Heartbleed, qui a touché le système de cryptographie OpenSSL utilisée par un très vaste nombre de sites Internet, a permis de mettre en lumière l’importance des mots de passe, de la facilité de se les faire voler et de… l’impossibilité de suivre à la lettre les consignes de sécurité. Avoir un mot de passe différent, compliqué et mélangeant lettres, chiffres et caractères spéciaux pour chaque site ? Non. En changer tous les trois mois « au cas où » ? Non. Ne jamais en garder trace nulle part ? Non.

J’ai voulu faire le test néanmoins. Un soir, j’avais déconnecté tous les sites, services et applications où je possédais un compte et pendant toute une journée, j’ai compté. Encore et encore. A chaque connexion, chaque nécessité d’entrer un mot de passe, j’ai tracé une barre sur un cahier. Evidemment, pour suivre les consignes de sécurité à la lettre, je me suis déconnectée à chaque fin d’utilisation. Facebook, Twitter, le code de mon smartphone, le backoffice du site de metronews, l’accès à mes ordinateurs à la maison et au bureau, certains sites d’actualité, les services de Google, d’Apple, Netflix… j’en passe et des meilleurs. J’ai pu constater à quelle point ma vie était enregistrée sous des passwords.

387 mots de passe entrés en une seule journée

Le bilan de cette journée : IN-FER-NAL ! J’ai dû rentrer un code pas moins de 387 fois au cours de cette journée. Le pire est que j’ai une bonne centaine de comptes différents dans tous les coins du Net. Sites marchands, services dans le Cloud, applications de sport, réseaux sociaux, backoffices professionnels… je ne vais pas retenir autant de codes différents. Surtout que certains services refusent les caractères spéciaux, que d’autres ne veulent pas plus de huit éléments, que certains exigent des capitales… C’est pour cela qu’il est impossible d’avoir un même code complexe complété par 2-3 lettres personnalisées à la fin comme il est conseillé. Et puis, avouons-le, c’est chiant. Terriblement chiant.

Alors j’ai opté pour le service Dashlane. J’aurais pu choisi 1Password ou LastPass (ou d’autres) mais, sur les bons conseils de Montebourg, j’ai voté pour un service français. Pour l’heure, je me contente du service gratuit (et des 30 jours offerts en premium). Je ne suis pas encore sûre d’avoir besoin de l’offre payante qui synchronise toutes les plateformes. Si je ne change que certains mots de passe de temps à autres, cela devrait faire l’affaire. La mise en place n’est pas de tout repos : il faut bien l’avouer, c’est chiant de changer tous ses mots de passe ou presque. Mais une fois que c’est fait, je me dis que ce sera plus simple. Et surtout plus sûr.

Partager
[del.icio.us] [Digg] [Facebook] [Google] [LinkedIn] [Twitter] [Windows Live] [Yahoo!] [Email]

Riddling : le jeu qui va vous rendre fou

Par Florence Santrot le 13 avril 2014

riddling

Prise de tête garantie. Il faut réfléchir, il faut penser « out of the box », il faut ruser, il faut cogiter… A côté, 2048 ou Candy Crush, ce sont des jeux pour enfant. Mettez un pied dans Riddling (remue-méninge, en anglais) et vous comprendrez… ou pas. Et c’est bien tout le problème. Impossible de décrire plus avant cette application. Tout ce que je peux vous dire, c’est que vous allez en faire, du jus de cerveau.

Je vous aide pour la première énigme : la réponse est « two ».

Disponible en téléchargement sur iOS (0,89 euro), Android (gratuit) et Ubuntu (gratuit).

(et ce qui est cool aussi avec Riddling, c’est qu’il s’agit d’un jeu dévéloppé au départ pour Ubunto et porté ensuite sur iOS et Android. Une première)

Partager
[del.icio.us] [Digg] [Facebook] [Google] [LinkedIn] [Twitter] [Windows Live] [Yahoo!] [Email]
Dans la catégorie: Mobile Tagged with: , , , , , , , ,

Visualisez les cyberattaques dans le monde en temps réel

Par Florence Santrot le 4 avril 2014

cyberattaques

La Russie, les Etats-Unis, le Vietnam, l’Inde et l’Indonésie. Voilà le Top 5 des pays les plus infectés par des cyberattaques dans le monde. La France, elle, n’est « que » le dixième pays le plus infecté au monde.

C’est en tout cas ce qu’on apprend en regardant cette hypnotique cartographie en temps réel des cyberattaques dans le monde. Evidemment, c’est un éditeur de logiciels anti-virus, Kaspersky pour ne pas le nommer, qui fournit les données.

Un tantinet anxiogène ? Tout à fait ! Et c’est quand même le but : proposer dans la foulée une analyse de votre machine (PC) via le petit bouton en haut à droite « Am I infected ? » (suis-je infecté ?). La peur comme fonds de commerce, une recette toujours aussi lucrative.

Se rendre sur Cybermap.Kaspersky.com

Partager
[del.icio.us] [Digg] [Facebook] [Google] [LinkedIn] [Twitter] [Windows Live] [Yahoo!] [Email]
Dans la catégorie: Internet Tagged with: , , , , ,

Et le site n°1 en France est…

Par Florence Santrot le 8 octobre 2013

Quel site est le plus visité en France ? aux Etats-Unis ? en Colombie ? au Pakistan ? au Yemen ? Une carte, au style ancien ou plus moderne, permet de visualiser d’un coup d’oeil quel est le site le plus populaire dans chaque pays du monde. Les informations sont tirées du site de mesure d’audience Alexa.com et sont ici publiées par le site TheAtlantic.

On découvre, sans grande surprise, que Google et Facebook sont loin devant tous les autres. Et bien souvent, quand l’un est premier, l’autre est deuxième. Juste derrière, vient YouTube, la plateforme vidéo détenue par… Google.

C’est vers l’Asie qu’il faut se tourner pour trouver une certaine originalité. Baidu est le portail le plus populaire en Chine, en Mongolie et en Corée. Au Japon, Yahoo est resté le plus populaire. Un peu plus près de nous, en Russie, Yandex a le dessus sur Google et Facebook. A noter enfin, l’exception palestinienne où le site le plus populaire dans les Territoires et celui d’un… journal. Al Watan fait l’unanimité là-bas.

Partager
[del.icio.us] [Digg] [Facebook] [Google] [LinkedIn] [Twitter] [Windows Live] [Yahoo!] [Email]
Dans la catégorie: Internet Tagged with: , ,

Chauffer sa maison : avec ou 100 patates ?

Par Florence Santrot le 4 octobre 2013

Combien faut-il de pommes de terre pour produire suffisamment d’énergie pour votre maison ou votre appartement ? Cette question, frappée au coin du bon sens, trouve sa réponse grâce à au blog d’un site immobilier qui a créé une appli qui se charge de calculer pour vous le nombre de pommes de terre nécessaires pour alimenter la totalité de votre habitation.

Pour cela, il suffit d’entrer la surface du logement (en pieds carré) et le temps d’alimentation souhaité (un jour, une semaine, un mois, un an). Par exemple, pour un logement de 50 mètres carré (environ 540 square feet), il vous faudra environ 490 000 patates bouillies (qui produisent beaucoup plus d’énergie que des crues) et débourser 160 000 dollars (120 000 euros) pour financer tout cela. Bref, ce n’est pas exactement une solution viable. CQFD.

Partager
[del.icio.us] [Digg] [Facebook] [Google] [LinkedIn] [Twitter] [Windows Live] [Yahoo!] [Email]
Dans la catégorie: Humeur Tagged with: , , ,

Chéri, le dîner est imprimé !

Par Florence Santrot le 3 octobre 2013

Le dîner est imprimé

A lire absolument : cet article du New York Times et plus particulièrement de A.J. Jacobs sur l’impression 3D. Le monsieur a d’abord décidé de vivre une semaine entière uniquement avec des objets qui ont été créé avec une imprimante 3D. Brosse à dents, vélo, pilules de vitamines… tout devait y passer mais quand il a réalisé que cela coûterait environ 50 000 dollars, il a dû abandonner son idée.

A la place, il a décidé d’imprimer un dîner entier. Alors bien sûr il a d’abord imprimé assiette, couverts, verre, serviette, etc. mais il a aussi voulu imprimer la nourriture. Seule contrainte : produire quelque chose de cuisiné, pas de la salade ou un steak mais plutôt une quiche ou des pâtes. Au menu : une pizza, une sorte de moussaka, des pâtes au maïs et de la panna cotta. Je vous laisse découvrir ce qu’il a pensé de son dîner imprimé ;-)

Partager
[del.icio.us] [Digg] [Facebook] [Google] [LinkedIn] [Twitter] [Windows Live] [Yahoo!] [Email]
Dans la catégorie: Humeur Tagged with: , , ,

Pixlr, un excellent Photoshop-like gratuit

Par Florence Santrot le 24 juillet 2013

Pixlr

Si vous cherchez un logiciel de retouche photo mais que vous ne voulez pas aller jusqu’à payer pour une licence Photoshop, la solution – hormis de pirater Photoshop, ce qui est illégal – est d’opter pour une solution gratuite. Oui mais laquelle ? Parmi toutes celles que j’ai pu tester au fil du temps, je reviens toujours à une en particulier : Pixlr.

Disponible directement en ligne par le biais d’une web app ainsi que via une application sur mobile, Pixlr sur iOS et Android, Pixlr permet d’éditer ses images ou celles trouvées sur Internet de manière rapide et simple. Puisqu’il n’y a pas besoin de télécharger de logiciel, il peut être utilisé partout (y compris au bureau où vous n’avez que Paint ou Aperçu pour pleurer). On peut ensuite créer une image de toute pièce, en utiliser une présente sur son appareil, la récupérer à partir d’une URL ou d’autres bibliothèques d’images, y compris votre compte Facebook.

Ce service propose de nombreuses fonctionnalités très proches voire totalement similaires à celles de Photoshop. On peut même personnaliser l’espace de travail pour afficher les menus qu’on veut où on veut. Reste que, sans surprise, Pixlr n’a pas la puissance de Photoshop. Il vous permet d’effectuer les fonctions de base mais n’a pas, et de loin, la même précision que Photoshop pour les modifications en profondeur et très précises d’une image. A trop jouer avec les options, on obtient vite des images qui font « fausses » donc il faut vraiment y aller avec les pincettes pour tout ce qui est des calques et des filtres.

Mais attention, si Pixlr a quelques défauts, je le répète, il demeure un excellent photoshop-like avec cet incroyable avantage de la gratuité et de la disponibilité totale à condition d’avoir une connexion Internet ou un smartphone/tablette. Je conseille !

Partager
[del.icio.us] [Digg] [Facebook] [Google] [LinkedIn] [Twitter] [Windows Live] [Yahoo!] [Email]