PUBLICITÉ

Salon de l’érotisme : le combat partagé des Femen et des cathos intégristes

Par ovidie le 26 mars 2013 Commentaires

Inna Shevchenko criant à Jocelyn, organisateur et également ancien strip teaseur "Va te faire violer ! (Photo : Eropolis)"

Les Femen ont envahi la scène du Salon de l’Érotisme, qui s’est déroulé au Bourget samedi dernier. Ce n’est pas la première fois que cette convention est attaquée par des opposants à la pornographie. Mais la nouveauté est qu’habituellement, ce sont les associations catholiques extrêmistes qui se mobilisent. Ces mêmes associations que dénoncent les Femen. Un paradoxe qui a laissé les organisateurs complètement désemparés.

Catherine, co-fondatrice et organisatrice de l’événement, est dépitée.
« Elles avaient tout prévu. Elles avaient probablement convoqué la presse sans qu’on le sache. Nous, bonnes poires, on avait distribué des accréditations aux journalistes. Comme par hasard, pile-poil au moment de leur attaque sur scène, ils étaient tous là . Ils savaient tous ce qui allait se passer. Nous avons déjà eu à faire face à des associations opposées à la pornographie. On a toujours tenté de dialoguer avec les militants. Mais là, nous avons été stupéfaits par tant de violence. Même les associations catholiques ne nous ont jamais attaqués aussi violemment. On n’a rien compris».

J’ai dit ce que j’avais à dire sur les Femen, et je pensais ne plus avoir à m’exprimer sur le sujet. Mais j’avoue ne pas pouvoir me taire en prenant connaissance de leur dernière action. Samedi après midi, alors qu’une actrice X autrichienne était en train de faire un strip tease sur le grand podium du salon, elles ont envahi la scène. Sur la vidéo, que l’on retrouve sur la page Facebook Femen France, on peut voir Inna Shevchenko grimper la première et se diriger droit vers la jeune femme nue pour la bousculer violemment. L’actrice trébuche sur ses talons, et manque de tomber, alors qu’elle n’est qu’à quelques centimètres du rideau, derrière lequel se trouve 1m50 de vide. On peut constater que les Femen, qui prétendent défendre toutes les femmes, considèrent vraisemblablement que les strip teaseuses et les pornostars ne sont pas de vraies femmes et ne méritent que la violence, verbale et physique.

embedded by Embedded Video

vimeo Direkt
Sur une autre vidéo,  (dont j’avais mis le lien sur cette page, et qui n’est curieusement plus disponible depuis la circulation de cet article) Jocelyn, co-organisateur et mari de Catherine, arrive sur scène, d’abord souriant, avant de se faire bousculer lui aussi. Il leur tend le micro, mais perd son sourire en prenant connaissance du slogan du jour « Go rape yourself » (Allez vous-mêmes vous faire violer).
« Jocelyn était ouvert au dialogue avec elles. Il leur a tendu le micro pour qu’elles expriment ce qu’elles avaient à dire. Il était prêt à les laisser parler. Mais à part faire des doigts d’honneur au public, elles n’avaient rien à dire ».
Sur la vidéo, on voit Jocelyn rester calme, puis répéter au micro en les désignant : « Voilà ce que la frustration crée ». On est loin de la réaction d’un immonde pornocrate violent et abuseur de femmes. Il est ensuite bousculé à son tour alors qu’il reste impassible.

Des rumeurs ont immédiatement circulé sur la toile, affirmant que les Femen avaient été victimes de violences durant leur happening. En regardant la vidéo qui suit la sortie des Femen en backstage, on voit effectivement l’actrice descendue de scène, toujours nue, folle de rage, essayant d’en taper une. Mais, quelque part, on peut admettre que c’est de bonne guerre. J’entends aussi dans le brouhaha un homme répéter « Ne les tapez pas ! Calmez l’affaire ! ». Je retiens surtout de cette vidéo que la femme nue qui a été la première à être violentée, c’est cette actrice, pas une Femen.

Une démarche contre-productive

Jocelyn m’affirme mi-choqué mi-amusé que l’intervention des Femen leur a permis d’enregistrer le lendemain une augmentation de 58% des entrées par rapport à l’année précédente. En convoquant la presse, elles ont fait de la publicité au salon. Leur démarche de dénonciation a finalement été contre-productive. Sans compter que faire des doigts d’honneur à un public et envoyer les gens « se faire violer eux-mêmes » ne les incitera pas à réfléchir sur l’impact du téléchargement illégal. Ce n’est pas ainsi qu’elles les amèneront à se remettre en question.

Les Femen luttent contre une certaine image dégradante, contre le viol, et contre le téléchargement de vidéos gratuites sur internet. Soit. Beaucoup de gens, y compris dans le milieu de l’érotisme, sont également contre. Et d’ailleurs, pour leur gouverne, c’est bel et bien le téléchargement illégal et l’absence de régulation de contenu sur internet qui a tué économiquement ce milieu. Donc, non, à ma connaissance, le Salon de l’Erotisme ne fait ni l’apologie du viol, ni même du porno sur internet. Car prenons tout de même le soin de mentionner que les exposants « porno » n’y sont pas majoritaires. Les dvd ne s’écoulent plus, et la plupart des stands vendent de la lingerie et des sextoys. A noter que sont également présentes des associations de prévention contre le Sida et les IST.

« Elles se sont trompées d’ennemi »

Le slogan Porno = Viol est très similaire à celui tenu par certaines associations catholiques. A titre de comparaison, voici une vidéo de l’intervention de Dies Irae, en 2010, au salon Eropolis de Bordeaux. L’association n’hésite pas à insinuer que les homosexuels et les spectateurs de films pornographiques seraient des pédophiles, créant un dangereux amalgame.

embedded by Embedded Video

YouTube Direkt
Si les Femen souhaitent ouvrir le dialogue autour de la pornographie et sur le contenu illégal sur internet, elles trouveront de nombreux interlocuteurs, y compris dans ce milieu, qui souhaitent faire avancer les choses. Si en revanche elles prônent une interdiction pure, comme c’est le cas dans la plupart des régimes dictatoriaux, là, il y a de quoi s’inquiéter.
En s’attaquant au Salon de l’Erotisme, elles se sont trompées d’ennemis. Ce ne sont pas eux qui sont associés aux plateformes de streaming gratuits telles que Youporn. Il y a eu erreur. Elles se seraient présentées devant le siège social de Manwin, j’aurais compris. Mais peut-être n’auraient-elles pas pu rameuter autant de journalistes, bien contents de s’être rincé l’oeil samedi dernier.

Au moins au Salon de l’érotisme, on pourra dire que leur tenue était raccord. A quand un happening des Femen au Cap d’Agde ?

Dans la catégorie: féminisme, pornographie Tagged with: , , , ,