Ils paraissent tout doux et pourtant... Les produits cosmétiques pour bébé ne sont pas si inoffensifs. Qu'il s'agissent des shampoings, des lotions, des laits nettoyants ou autres, une grande majorité de ces produits du quotidien comporte des substances chimiques potentiellement dangereuses ou risquant de provoquer des allergies.

C'est en tout cas ce que l'ONG Women in Europe for a common future (WECF) déplore dans une étude, publiée ce lundi 15 février 2016. Au total 341 produits pour bébé vendus cet été en pharmacie, parapharmacie, supermarché et magasin bio ont été passé qu crible.

 Ingrédients à "risque élevé" dans 88% des produits testés 
Et les résultats de l'enquête vous donneront sans doute envie de troquer vos lingettes pour du bon vieux coton avec de l'eau tiède pour nettoyer les fesses de votre bébé. En effet 299 (soit près de 88%) de ces produits sont composés d'ingrédients à "risque élevé". Parmi les substances incriminées :
Méthylisothiazolinone (MIT) un conservateur allergisant susceptible de provoquer des irritations et de l'eczéma.
Phénoxyéthanol  un conservateur soupçonné de toxicité sur la reproduction (souvent dans les produits qui ne se rincent pas)
Des parfums  risques potentiels d'allergie (dans la quasi-totalité des produits alors que leur présence est superflue)

En outre, 181 produits (près de 53%) contiennent des ingrédients à "risque modéré" :
EDTA  un agent irritant (souvent dans les lingettes)
Laureth sulfate et lauryl sulfate  ces sulfates sont des agents moussants potentiellement irritants (souvent dans les produits pour le bain et shampoings)
Huiles minérales   issues de la chimie du pétrole, elles peuvent être contaminées par des impuretés (souvent dans les crèmes et lotions)
Nanoparticules  éléments aux effets encore mal évalués (dans certains produits solaires)

 L'épiderme des bébés est fragile
Le problème est d'autant plus important que la peau des bébés est particulièrement fragile. Non seulement elle n'est "pas encore protégée par le film hydrolipidique qui met les cellules à l'abri des influences extérieures" mais aussi "elle est plus perméable que celle de l'adulte car les cellules de l'épiderme ne sont pas encore suffisamment soudées aux autres", explique l'organisation, citée par l'Agence France presse.

Déjà en 2013, l'UFC-Que Choisir et 60 millions de consommateurs avaient épinglé, chacune de leur côté des grandes marques comme Pampers, Mixa ou Klorane utilisant à l'époque des produits potentiellement nocifs ou allergisants dans leurs lingettes ou laits de toilette. Aujourd'hui, WECF réclame, en vertu du principe de précaution, l'interdiction des ingrédients à "risque élevé" dans tous les cosmétiques destinés aux enfants de moins de trois ans.

Les professionnels du secteur assurent respecter la réglementation |
La Fédération des entreprises de la beauté (Febea) réagit à cette étude en rappelant que "tous les produits bébé mis sur le marché sont sûrs : c'est une obligation et la priorité des professionnels". Une substance qui présente "un risque élevé" peut en effet être autorisée dès l'instant où son usage restreint assure qu'elle ne présente pas de danger. En clair, si son dosage ou sa fréquence d'utilisation sont limités.  

EN SAVOIR +
>> 
Prix, marques, qualité : les idées reçues sur les cosmétiques
>> Trois conseils pour bien choisir vos produits de soin