En février, 2 millions de personnes (soit 1,5 million de foyers) ont reçu une prime d'activité de 176 euros en moyenne, selon les données de la Caisse nationale d'allocations familiales. Cela représente une moyenne de 2112 euros par allocataire au bout d'un an pour ceux qui n'auraient aucun changement à signaler entre temps. La somme est révisée tous les trois mois pour tenir compte des évolutions (salaire, autres prestations, composition du foyer).

EN SAVOIR + >> Prime d'activité : qui a droit à combien ?

Ce coup de pouce financier, destiné aux travailleurs aux revenus modestes, n'est pas soumis à l'impôt, comme le précise la Caf sur son site. Aucune raison donc d'avoir une mauvaise surprise en découvrant – à l'été 2017 – votre avis d'imposition sur les revenus 2016.

Vous n'aurez donc pas davantage d'impôts à payer ni même à supporter un passage à la tranche supérieure d'imposition en raison de cette prime d'activité. En clair, si vous étiez non imposable et que votre situation ne change pas par ailleurs, vous avez toutes les raisons de le rester. De même, si votre taux marginal d'imposition était de 14%, vous ne passerez pas à 30% à cause de cette aide, etc.

| EXONERATION D'IMPOTS |
Les prestations sociales et familiales sont exonérées d'impôts. Il s'agit par exemple du revenu de solidarité active (RSA), de l'allocation aux adultes handicapés (AAH), l'aide personnalisée au logement (APL), l'Allocation parentale d'éducation, le complément familial, l'allocation de soutien familial, etc.

EN SAVOIR + 
>> 
Prime d'activité : que faire si j'ai oublié de la demander ?
>> Pourquoi ma prime est-elle plus faible qu'imaginée ?
>> Notre dossier sur la Prime d'activité