Le vélo à assistance électrique ne connaît pas la crise. Il est même en plein boom. Selon le Conseil national des professions du cycle, il s’en est vendu 46 000 exemplaires en 2012 (en hausse de 15 %) quand le marché du cycle accusait, lui, une baisse en volume de 9 % pour la même année. Et dans cette ruée vers l’or, l’entreprise Rool’in entend bien tirer son épingle du jeu. Pour cela, elle a misé sur une invention originale : une roue électrique.

Les développeurs de la start-up ont eu la bonne idée d’intégrer la batterie électrique dans la roue avant, au lieu de la fixer sur le cadre du cycle, comme il est d'usage. Avantage : on peut transformer une bicyclette standard en vélo à assistance électrique simplement en changeant la roue avant. Elle est complétée par un capteur au niveau du pédalier et une console de commande au guidon. Une affaire de quelques minutes. Il est donc très facile de recycler sa vieille bicyclette qui rouille dans un garage en petite reine du Tour de France, au moins pour la vitesse.

L’impression d’être en perpétuelle descente

Pour utiliser l’assistance électrique, il y a trois étapes. Tout d'abord, il faut penser à allumer la roue (j’avais oublié de le faire au début et trouvait en conséquence l’aide au pédalage assez limitée). Ensuite, on règle la console à un des trois niveaux de puissance disponible. Il ne reste plus qu'à… pédaler. Car, si le capteur au niveau du pédalier ne détecte rien, l’assistance n'est pas activée. C'est parti pour une petite balade urbaine.

Au début, je ne le cache pas, j’étais assez réticent à ce type d’engin, préférant l’effort pur de la cuisse et du mollet, quitte à arriver en sueur au travail. Mais il s’avère que le système est assez bluffant. Il y a un véritable effet d’entraînement quand on pédale, qui donne l'impression en perpétuelle descente. L'aide dans les côtes est plus qu’agréable.

Ramener son vélo chez soi pour le recharger

Mais qui dit batterie électrique, dit rechargement. Et c’est là que ça se complique en l'absence de bornes pour faire le plein d'énergie dans les rues. Il faut donc ramener le cycle chez soi pour le brancher à une prise électrique. La roue qui intègre la batterie pèse entre 6 et 8 kg. Ce qui, ajouté au poids du cadre, rend son transport très compliqué.

En clair, si vous habitez au 5e étage sans ascenseur et sans garage, abandonnez l’idée d’en acheter un, car il y a fort à parier que vous n’aurez pas le courage de la recharger plusieurs fois par semaine. Pour les autres, n’hésitez pas, si vous êtes prêts à mettre le prix - à savoir entre 700 et 900 euros -. Cher ? Cela reste tout de même deux fois moins cher que des vélos à assistance électrique classiques.