Mettons les pieds dans le plat : le Beaujolais nouveau, c'est vraiment du vin ?
Si, si, c'est bien du vin ! C'est un produit à base de raisins fermentés. C'est un vin créé de façon très rapide avec un processus de macération carbonique. Concrètement, ça veut dire qu'on enferme les grains dans des cuves saturées en CO2. Ils fermentent de l'intérieur puis éclatent. Ce procédé accéléré génère des arômes spéciaux, de banane, fraise ou encore framboise.

Mais alors qu'est-ce qui fait la différence entre un bon et un mauvais Beaujolais nouveau ?
C'est le choix de la levure qui fait tout. Si on utilise de la levure naturelle, produite par le raisin, ce sera bon. Si c'est de la levure créée en laboratoire, on obtiendra une sorte de vin standard, au goût très formaté.

Comment faire le bon choix ?
Il n'y a pas de mystère : il faut s'adresser à un caviste. En général, il sélectionne des producteurs ayant recours à la levure naturelle. En revanche, en grande surface, il y a des chances pour que ce soit de la levure de laboratoire. Autant acheter une bouteille de Coca dans ce cas, ce sera meilleur.

Quels bons producteurs conseillez-vous ?
Je recommande les vins créés par Cyril Alonso, ceux d'Isabelle Perraud ou de Lilian Bauchet. Les domaines Lapierre et joubert sont également de très bons choix. D'une manière générale, vous avez déjà un indice avec le prix. En-dessous de 3,5-4 euros, il n'y a rien de vraiment correct. A partir de 4-5 euros, on commence à trouver des choses intéressantes et, si on peut mettre un peu plus, entre 6 et 9 euros, c'est la bonne fourchette de prix.

Pour aller plus loin : http://lapinardothek.com

Les références de bon nombre de producteurs cités dans l'article