Deux jeunes juristes, l'un avocat et l'autre encore en formation au barreau de Paris, ont réussi un joli tour de force qui plaira aux automobilistes parisiens, désormais verbalisés de 17 euros s'ils ne se sont pas acquittés de leur amende de stationnement. 

Yohan Dehan et Allan Schinazi, dont nous vous avions déjà parlé lorsqu'ils avaient lancé leur appli "Flash Avocat" pour contester les procès verbaux, ont obtenu une décision du tribunal de police de Paris qui annule des PV pour stationnement impayés, rapportent ce mercredi nos confrères du Point

EN SAVOIR + >> Flash Avocat : l'appli qui fait sauter les PV tient-elle ses promesses ?

► Où est la faille ? 
Avant le 1er janvier 2015, le stationnement était gratuit le samedi pour les résidents disposant d'un macaron mais payant pour les non-résidents. Le problème, c'est que le stationnement était alors régi par un arrêté de 2005 ne faisant pas cette distinction et qu'aucune signalisation ne mentionnait cette subtilité.

► Qui est concerné ? 
Tous les automobilistes ayant eu un PV pour stationnement résidentiel irrégulier entre l'arrêté de 2005 et le 31 décembre 2014. Mais attention : ce que nos confrères du Point omettent de dire, c'est qu'il ne s'agit évidemment que des amendes dressées le samedi (voir point précédent). 

► Puis-je récupérer mon argent ? 
Non. Si vous avez négligemment "oublié" de payer vos PV, vous pouvez les oublier. En revanche, il n'est pas question que l'administration vous rembourse les contraventions que vous avez déjà réglées (et pour lesquelles vous avez, de fait, reconnu l'infraction). 

A LIRE AUSSI >> Radar de stop : comment contester son PV