En janvier 2016, les éditions du Seuil publiaient le livre Histoire de la violence, un roman français autobiographique écrit par Edouard Louis, 23 ans. Encensé par la critique – à quelques exceptions près, tout de même – , l'auteur y raconte le viol qu'il a subi lors du réveillon de Noël 2012. Reda, un kabyle d'environ trente ans, y est identifié comme le coupable. "Dans ce livre, il n'y a pas une seule ligne de fiction" avait précisé l'écrivain dans un entretien à Livres Hebdo.

Un homme déjà connu des services de police

Depuis, l'homme en question a amené l'affaire en justice. Ce mercredi 9 mars, L'Obs révèle que les magistrats de la 17ème chambre du Tribunal de grande instance de Paris étudieront le cas d'Edouard Louis et Reda le 18 mars prochain. Ce dernier poursuit l'auteur pour "atteinte à la présomption d'innocence" et "atteinte à la vie privée". Il demande par ailleurs 50.000 euros de dommages et intérêts ainsi que l'insertion d'un encart dans chaque exemplaire du livre. 
 
Le 25 décembre 2012, Edouard Louis, né Eddy Bellegueule, avait déjà signalé l'affaire à la police. Des traces d'ADN avaient été prélevées dans son appartement. Le 11 janvier, quatre jour après la sortie d'Histoire de la violence, Reda était interpellé par la police pour une affaire de stupéfiants et les tests ADN ont permis de l'identifier. Riahd B. – son vrai nom – était déjà connu des services de police et a déjà passé plusieurs mois en prison en 2014.

Bien que Reda nie toute culpabilité (il dit avoir eu des rapports sexuels avec Eddy Bellegueule, mais sans viol ou menace armée), le parquet requiert sa mise en détention provisoire.

EN SAVOIR + >> Edouard Louis parmi les trois livres à lire début janvier