Lundi soir, aux Salons Chaumet de la Place Vendôme, se tenait la soirée des Révélations des César 2016. Les 34 présélectionnés étaient tous au rendez-vous, chacun au bras d’une marraine ou d’un parrain. Si beaucoup ont opté pour des acteurs ou des réalisateurs très installés, Camille Cottin a pour sa part jeté son dévolu sur Loubna Abidar, l’héroïne du film Much Loved de Nabil Ayouch. "C’est une comédienne brillante", confie la célèbre Connasse de Canal+. "J’avais envie qu’on parle encore longtemps de ce film très fort. Je l’ai choisie par rapport à ce qu’elle a vécu en tant que femme et qu’actrice. Par rapport aussi à la façon dont le film a été accueilli au Maroc et tout ce qui s’en est suivi."

Un livre prévu en mai

Présenté l’an dernier au Festival de Cannes à la Quinzaine des Réalisateurs et vivement acclamé par la presse, Much Loved retrace le destin de quatre prostituées au cœur de Marrakech. Le film, jugé amoral au Maroc, y a très vite été banni, soulevant un véritable tollé. "Une campagne de détestation s’est répandue sur les réseaux sociaux et dans la population. Personne n’avait encore vu le film (…) et il était déjà devenu le sujet numéro un de toutes les discussions. La violence augmentait de jour en jour (…) à mon encontre", avait déclaré Abidar en novembre dernier dans une tribune au Monde, à la suite d’une agression subie à Casablanca. La photo de son arcade sourcilière ouverte avait fait le tour du monde.

Plus sereine, l’intéressée pense désormais à l’après, qu’elle prépare avec attention. Elle nous a confié : "Je suis une actrice marocaine qui débarque en France. Je ne connais pas grand monde. Camille Cottin m’a ouvert son cœur. Je la remercie d’avoir accepté de me prendre pour marraine, ça me touche et me fait très plaisir. (…) Je vais bien sûr continuer dans le cinéma." Mais avant d’enchainer sur un prochain rôle, Loubna est en train de consigner son vécu dans un récit au titre encore inconnu qui devrait paraître en mai aux Editions Stock. "C’est un livre sur ma vie, sur la polémique qu’il y a eu, sur l’Islam radical… Tout part de ma propre histoire..."

A LIRE AUSSI >> Loubna Abidar, agressée à Casablanca