Ai Weiwei, dont les déplacements ont été restreints par les autorités chinoises, a été choisi comme "symbole de la répression des artistes et journalistes", a expliqué à l'AFP Git Scheynius. la directrice du Festival du film de Stockholm, dont la prochaine édition se déroulera du 6 au 17 novembre. Plus de 180 films, en provenance de 50 pays, y seront diffusés.

"Ai Weiwei est l'un des artistes les plus intéressants de la planète actuellement", a souligné Git Scheynius, avant d'ajouter qu'il y aurait peu de chances qu'il participe en personne au festival. "Mais il a été enchanté, il a dit qu'il adorait les films et qu'il avait hâte de participer", a-t-elle rapporté.

Un moyen de dénoncer la censure

Le thème du festival cette année est la liberté. Mme Scheynius a confié qu'elle espérait que cela mettrait en lumière la situation difficile dans laquelle se trouvent de nombreux journalistes et artistes qui se trouvent dans l'incapacité d'exercer leur métier à cause de la censure. "Nous faisons cela pour faire pression sur les autorités chinoises", a poursuivi la directrice.

A ce jour, la façon dont Ai Weiwei va participer au festival n'a pas encore été décidée. Selon les organisateurs, il n'a aucun accès à Internet et reste difficile à joindre. Cependant, Mme Scheynius est optimiste quant à l'évolution de sa situation. L'artiste de 56 ans avait été emprisonné 81 jours au printemps 2011, officiellement pour évasion fiscale. Il vient de signer les photos de la dernière édition de l'album Reporters sans Frontières.