"Le roi de l'accordéon" est mort. Mercredi soir, la famille d'André Verchuren a annoncé le décès du musicien, qui s'est éteint à Chantilly (Oise), à l'âge de 92 ans. Il laisse derrière lui une très longue carrière débutée à six ans à peine, quand le jeune Belge animait les bals. Six ans plus tard, André Verchuren a même reçu la Coupe du monde d'accordéon des mains du roi des Belges, Leopold III en personne.

Résistant et déporté

En compagnie de ses deux fils, Harry Williams et André, le célèbre accordéoniste, commandeur de l'ordre national du Mérite pour l'ensemble de sa carrière musicale, aura arpenté la scène jusqu'au crépuscule de sa vie. Pour autant, si ses notes et son éternel sourire sont associés à la fête et la bonne humeur, la vie d'André Verchuren a également connu de terribles tourments.

Résistant durant la Seconde guerre mondiale, il est embarqué en 1944 dans un "train de la mort", direction le sinistre camp de concentration de Dachau, où il restera emprisonné 13 mois, jusqu'à la Libération. En tant qu'ancien déporté, André Verchuren a reçu les insignes de chevalier de la Légion d'honneur en 1986 et a été promu officier en 1997.