Son tempérament sanguin l'aurait-il emporté sur la raison ? Selon le Canard Enchaîné, après Julien Cazarre, Cyril Hanouna aurait menacé un autre journaliste : Arnaud Ramsay. C'est un tweet du journaliste sportif de iTélé qui a mis le feu aux poudres.

Ramsay : "Cazarre a osé dire non à Hanouna"

''En ce temps de dictature médiatique, Julien Cazarre a osé dire non à Hanouna'', avait écrit il y a quelques jours Arnaud Ramsay sur le réseau social. Il a aussi et surtout mis le lien vers l'article de France Football intitulé ''Julien Cazarre : 'J'ai dit non à Cyril Hanouna''' à l'origine de ce déchaînement de violences verbales.

Dans cette interview, Julien Cazarre, qui travaille également pour ''Canal Football Club'', explique pourquoi il a refusé de participer à "Touche pas à mon Sport". ''Cyril Hanouna m’a appelé, m’a dit qu’il aimait bien ce que je faisais, malheureusement, je ne peux pas en dire autant ! C’est pas du tout ma came. Gilles Verdez c’est le dîner de cons et Enora Malagré c’est la vulgarité à l’extrême'', a-t-il notamment raconté.

La plainte toujours en cours

Dans la foulée, Cyril Hanouna lui avait téléphoné pour le menacer tandis qu'Enora Malagré l'avait insulté par SMS. Le Canard Enchaîné vient de révéler qu'Arnaud Ramsay avait eu droit, lui aussi, au même traitement. Interrogé par l'hebdomadaire, le journaliste a confié : ''Hanouna n'arrêtait de hurler : 'On va s'expliquer, je vais venir te défoncer, tu ne sais pas qui je suis, tu vas avoir de gros problèmes, je vais venir te chercher à iTélé, etc.'' Pour Cazarre, c'était : "On va te casser les jambes, t'es grillé, on sait où t'habites !''

Julien Cazarre a porté plainte le 6 février au commissariat du XIe arrondissement, où Arnaud Ramsay a également été entendu trois jours plus tard. Selon le Canard Enchaîné, malgré les exigences de réconciliations du groupe Canal+ – qui emploie les trois concernés sur D8, Canal+ et iTélé –, Julien Cazarre n'aurait pas retiré sa plainte.

A LIRE AUSSI

>>
Hanouna accusé de "menaces de violences physiques" : il répond à Julien Cazarre
>>
Hanouna et Malagré attaqués pour "menaces de violences physiques"