Il a voulu une nouvelle fois réveiller les consciences. Banksy vient de réaliser un autre graff percutant sur la crise des migrants. Et le street artiste n'a pas posé ses bombes au hasard puisqu'il a officié sur un des murs de l'ambassade française située sur Knightsbridge à Londres.

Banksy a choisi de peindre le portrait de Cosette, du roman de Victor Hugo Les Misérables. La petite fille, le visage inondé de larmes, émerge d'un nuage de fumée émanant d'une bombe de gaz lacrymogène alors qu'un drapeau français déchiré flotte derrière elle.

Banksy et les No Border, même combat

En bas de l'œuvre, l'artiste engagé a déposé un flash code. Scanné via un smartphone celui-ci renvoie vers une vidéo qui montre l'assaut de CRS les 5 et 6 janvier derniers dans la Jungle, le campement de fortune situé dans la périphérie de Calais où s'entassent 4500 migrants. Les militants du réseau No Border avaient déjà dénoncé l'utilisation par les forces de l'ordre de gaz lacrymogène à proximité de cabanes où survivent des femmes et des enfants.

Fin décembre, Banksy s'était lui-même rendu incognito à Calais, où il avait laissé trois œuvres. L'une d'entre elle, intitulée ''Le fils d'un migrant syrien'', représentait Steve Jobs, le fondateur d'Apple, Mac à la main et sac sur l'épaule.

A LIRE AUSSI
>>
PHOTOS - Banksy de passage par Calais et sa Jungle
>>
Banksy à la rescousse des migrants