Ses larmes et sa voix tremblante en ont touché plus d’un. Vendredi soir, en recevant le César du Meilleur Espoir Masculin pour son incroyable prestation dans La tête haute, Rod Paradot, 19 ans, a littéralement cueilli le public du théâtre du Châtelet et les téléspectateurs de la France entière. Surtout quand il a évoqué avec une fierté non dissimulée, des trémolos plein la voix, sa CPE et sa chère maman. "C’est elle qui, tous les jours, croit en moi…", a-t-il lâché avant de s’interrompre et de quitter la scène, submergé par une émotion vraie et communicative.

Du CAP aux César

Flash back. Le jeune homme, natif de Stain, a été recruté dans le cadre d’un casting sauvage alors qu’il était en deuxième année de CAP dans un lycée de Gennevilliers. A ce moment, absolument rien ne prédestinait ce fan de Taken et Fast & Furious au conte de fée qu’il vit depuis la présentation du long métrage d’Emmanuelle Bercot à Cannes, en mai dernier, aux bras de sa…. mère. Le talent en herbe s’y est montré impressionnant et explosif sous les traits de Malony, un adolescent perturbé qui, de six à seize ans, essaie de s’en sortir coûte que coûte avec le soutien d’un éducateur (Benoit Magimel, César du meilleur second rôle masculin) et d’une juge pour enfants (Catherine Deneuve).

"Je me souviens du tout début… J’ai fait des essais dans une des salles de classe de mon école. J’ai été rappelé trois jours après et me suis retrouvé dans un bureau avec 25 autres prétendants. J’ai alors donné le meilleur de moi !", a confié Paradot, plus serein, aux journalistes présents dans la salle de presse. Conscient que son CAP lui a fait prendre de la maturité, lui offrant "réflexion" et "jugeote", l’intéressé ne souhaite pas pour autant lâcher le cinéma qui, d’ores et déjà, lui fait les yeux doux. "Depuis cette folle expérience, j’ai fait deux courts métrages : Campers et Welcome Home. Je vais bientôt tourner avec Xavier Beauvois. Mon plus grand espoir, c’est que chaque film marche aussi bien que La tête haute. Le cinéma m’a vraiment ouvert les portes du monde, il m’a fait rencontrer plein de gens, m’a donné l’envie de dévorer des films et d’écrire", a-t-il précisé, encore suspendu à son beau nuage. 

A LIRE AUSSI 
>> Notre portrait de Rod Paradot, révélation de "La tête haute"
>> Catherine Frot remporte le César de la meilleure actrice pour "Marguerite"
>> Vincent Lindon enfin sacré aux César pour "La loi du marché"