Diffusé en avant-première sur Leparisien.fr, le clip de "College boy" est précédé d'un avertissement : "attention, les images peuvent choquer". Sur des images en noir et blanc, on voit un jeune garçon se faire harceler par ses camarades. Les boulettes de papier précèdent les coups, jusqu'à une terrible scène de crucifixion dans la cour de l'école, sous les yeux bandés des adultes et de ses camarades, qui brandissent leur iPhone pour filmer la scène.

Amener une réflexion politique

Dur, le clip l'est assurément. Des voix se sont vite élevées pour en dénoncer la violence. "Nous ne cherchons ni la censure ni le scandale, ne visant que les problèmes d’éducation", se défend le chanteur Nicola Sirkis sur le site du journal belge Le Soir. "Quand il est possible qu’une personne puisse acheter des armes sur Internet et qu’ensuite il l’utilise contre des innocents, il est urgent qu’on entreprenne là dessus une sérieuse réflexion politique. Ce clip est triste, beau et violent comme peut l’être la vie."

Ne pas se tromper d'accusé

Le jeune cinéaste québécois Xavier Dolan, qui signe ici son premier clip, réfute la polémique, toujours sur Leparisien.fr : "Je voulais aller jusqu’au bout non pas pour choquer, mais pour montrer que cette situation est possible parce rien ne l’empêche." Que son clip ne passe pas à la télévision est une hypocrisie supplémentaire : "Sur ce genre de chaînes, on voit tellement de scénarios racistes, violents, dégradants notamment pour les femmes. Cela me paraît absurde que ce clip soit censuré."

Ce qui est choquant, ce n'est pas le clip, puissant et merveilleusement filmé. Mais ce qu'il dénonce : le harcèlement à l'école, qui peut conduire à la mort, et l'indifférence des adultes face à ce problème récurrent. Et vous, qu'en pensez-vous ?