Tony Visconti était le producteur de David Bowie, mais aussi un ami proche. Il faisait partie des rares personnes auxquelles le chanteur avait avoué sa maladie, début 2015. "Il venait juste de sortir d'une séance de chimiothérapie", a raconté Visconti dans Rolling Stone le 13 janvier. "Il n'avait plus de sourcils, ni de cheveux, il ne pouvait plus garder ce secret vis-à-vis du groupe." Après une courte rémission, le cancer est revenu en novembre, "et il savait que c'était la phase terminale".

Des inédits paraîtront à la fin de l'année

C'est pendant l'enregistrement de Blackstar que Visconti a réalisé ce que faisait Bowie. "Espèce de salaud", lui a-t-il dit. "Tu écris un album d'adieu." Pourtant, Bowie s'était déjà remis au travail : le producteur a confirmé qu'il avait écouté cinq démos, destinées au successeur de Blackstar, sorti deux jours avant la mort du chanteur.

"Alors qu'il était en phase terminale, il pensait au successeur de Blackstar, et j'étais très enthousiaste", poursuit Visconti. "Et j'ai pensé, et lui aussi, qu'il lui restait au moins quelques mois. De toute évidence, s'il avait hâte de se mettre à son prochain album, il a dû penser qu'il lui restait encore quelques mois. La fin a donc dû être très rapide." En attendant de savoir si ces démos vont sortir un jour, des inédits issus des sessions de Blackstar pourraient paraître avant la fin de l'année.

A VOIR AUSSI >> David Bowie a été incinéré en secret, sans famille ni amis