Les lettres françaises sont en deuil. L'écrivain, homme de lettres et académicien Alain Decaux est mort à l'âge de 90 ans, indique sa famille dans un communiqué à l'AFP. Homme de lettres, de médias et ancien ministre délégué en charge de la francophonie du 2e gouvernement Rocard entre 1988 et 1991. 

L'académicien, élu à l’Académie française, le 15 février 1979, au fauteuil de Jean Guéhenno (9e fauteuil) avait su donner ses lettres de noblesse à la matière historique à la télévision ainsi qu'à la radio, en plus de ses ouvrages. 

Démocratiser l'Histoire

Né à Lille en 1925, Alain Decaux a également été élève au Lycée Janson de Sailly à Paris puis avait entamé des études de droit puis des études d'histoire, "pour le plaisir", indique le site de l'Académie Française. Ses premiers ouvrages historiques furent publiés en 1947. Attiré par la télévision, il réussit à démocratiser l'histoire avec son émission "Alain Decaux raconte" entre 1966 et 1988. 

Chaque mois, seul face caméra pendant une heure, il racontait un personnage ou un événement historique. Il avait présidé l'Association française d'action artistique, ainsi que le premier président élu de la Société des auteurs et compositeurs dramatiques ainsi que le Collège des conservateurs du domaine de Chantilly. Il était également Grand-croix de la Légion d’honneur, Grand-croix de l’ordre national du Mérite et Commandeur des Arts et des Lettres.