Mercredi, vous serez sans doute nombreux à aller voir L'Odyssée de Pi. Un certain Gérard Depardieu y fait une courte apparition en chef français à bord du navire dans lequel embarque le héros et sa famille. Si le superbe film d'Ang Lee, candidat aux oscars, ne devrait pas souffrir de la présence de notre Gégé (ex ?) national, qu'en sera-t-il des prochains longs-métrages dont il sera la vedette ? Les spectateurs pourraient-ils bouder le désormais symbole de l'exil fiscal ?

Une chose est sûre : "Dipardiou", comme disent les Américains, n'est plus aussi bankable qu'il y a quelques années. Cette année, Astérix et Obélix : Au service de sa Majesté a réalisé le moins bon score des quatre épisodes, avec 3,7 millions d'entrées. Reste qu'à 63 ans, l'enfant de Châteauroux est l'un des derniers géants du cinéma français encore en activité. Sinon le seul.

Louis de Funès, plus fort que lui

La preuve ? Il est le deuxième acteur le plus "rentable" de l'histoire du box-office hexagonal avec 210 180 600 millions d'entrées depuis le début des années 1970. Seul Louis De Funès a fait mieux avec 267 030 641 entrées. Au rythme où le grand public fait et défait ses idoles, même un Dany Boon a peu de chance d'atteindre des scores aussi astronomiques. Il faut dire que Gérard Depardieu a beaucoup tourné.

170 films sur cinq décennies, avec pas mal de chef-d'oeuvres, deux césars du meilleur acteur pour Le dernier métro et Cyrano, et beaucoup de navets aussi. Aujourd'hui, sa fortune est davantage liée à ses investissements divers et variés (vins, restaurants, production) qu'à ses choix cinématographiques. D'après le Wall Street Journal, son patrimoine avoisinerait actuellement les 120 millions de dollars. Bref il n'a plus besoin de tourner depuis très longtemps.

Cinq films en 2013

Et si ses choix sont parfois contestables, il n'hésite pas à jouer les seconds rôles sur des projets intéressants (La Môme, Mesrine, Potiche), voire à s'engager sur des projets décalés comme les délires du duo Kervern-Delepine, Mammuth et Le Grand Soir. La suite de sa carrière ? Des films, des films et encore des films.

Le 26 décembre, on le reverra dans L'Homme qui rit, de Jean-Pierre Améris, avec Emmanuelle Seigner et Marc-André Grondin. Et en 2013, il est attendu dans pas moins de cinq films dont Turf, de Fabien Onteniente, La Marque des Anges, l'adaptation de Miserere de Jean-Christophe Grangé, avec Joeystarr au casting, ou encore Les Boulistes avec Edouard Baer et Virigine Efira.