Un mois ferme. James Kottak, le batteur américain du groupe allemand Scorpions, ne s'attendait certainement pas à finir derrière les barreaux lorsque le 3 avril dernier, il s'est "laissé aller" dans les couloirs de l'aéroport international de Dubai. En transit vers le Royaume de Bahreïn, où la célèbre formation devait jouer à l'occasion du Grand Prix de Formule 1, le musicien aurait bu quelques verres de vin de trop. Après s'être perdu dans les allées, il aurait "commencé à insulter les 'musulmans mal-éduqués' avant de faire des doigts d'honneur aux passagers", rapporte un témoin. D'après la police locale, James Kottak aurait ensuite baissé son pantalon et montré son derrière à l'assistance.

"J'ai juste soulevé mon t-shirt"

Mais ce n'est pas tout. Un employé de l'aéroport raconte qu'en voyant des passagers pakistanais et afghans, le batteur, qui dégageait "une odeur nauséabonde", se serait "bouché le nez en disant qu'il était hors de question qu'il voyage avec ces gens." Présenté mardi matin à un juge de Dubai, l'Américain a reconnu "avoir bu de l'alcool, mais réfute avoir insulté l'Islam. "Je ne me rappelle pas avoir dit ces mots et je n'ai pas fait de doigt d'honneur", a-t-il affirmé. Tout comme il dément avoir baissé son pantalon. "Ce n'est pas vrai. J'ai juste soulevé mon t-shirt pour montrer le tatouage dans mon dos".

Une nuance qui n'a guère convaincu les autorités locales qui l'ont condamné à un mois de prison ferme, alors qu'il est déjà détenu depuis le 3 avril. A l'époque, le groupe s'était donc rendu au Bahrein sans lui, engageant à la dernière minute le batteur Mark Cross pour le remplacer. Membre des Scorpions depuis 1996, après le départ du légendaire Herman Rarebell, James Kottak s'est également vu infliger une amende d'environ 500 euros pour avoir bu de l'alcool sans permis. Rock n'roll attitude ? Pas sûr...