Quelques jours près Michel Tournier, c'est une autre grande figure des Goncourt qui s'en va. Edmonde Charles-Roux avait remporté le plus prestigieux des prix littéraires en 1966 pour son roman Oublier Palerme. Entrée à l'Académie Goncourt en 1983, elle en prend la présidence de 2002 à 2014.

Avant sa longue carrière dans les lettres, Edmonde Charles-Roux avait plusieurs fois prouvé son courage et sa témérité, souvent à rebours de son époque. Fille de François Charles-Roux, ambassadeur de France, elle a été infirmière, ambulancière et résistante pendant la Seconde Guerre mondiale, n'hésitant pas à braver les balles pour porter secours aux blessés. Ces faits d'armes lui vaudront ses premières récompenses, la Croix de guerre et la Légion d'honneur.

Une résistante et une journaliste qui n'avait peur de rien

Après la guerre, Edmonde Charles-Roux devient journaliste : d'abord à Elle, qui vient d'être créé, puis à l'édition française de Vogue, dont elle devient la rédactrice en chef en 1954. Elle ouvre les pages du magazine de mode aux plus grands artistes de l'époque, avant d'en claquer la porte après avoir voulu imposer une top-model noire en couverture, contre la volonté de sa rédaction.

Elle se consacre ensuite à la littérature : le succès d'Oublier Palerme est suivi d'Elle Adrienne, et surtout de ses biographies sur Coco Chanel (L'irrégulière, en 1974) et sur Isabelle Eberhardt, une somme en deux volumes parue entre 1988 et 1995. Elle a également publié un récit photographique sur son époux, le maire de Marseille Gaston Defferre, qu'elle avait épousé en 1973.

Très engagée auprès de diverses associations, aimant la jeunesse et les grandes tablées où l'on rit, Edmonde Charles-Roux avait cédé sa place de présidente de l'Académie Goncourt à Bernard Pivot en 2014, pour raisons de santé.

A LIRE AUSSI >> Les obsèques de Michel Tournier auront lieu le 25 janvier à Choisel