Tout fan de manga possède l'intégrale d'Akira dans sa bibliothèque. Cette série d'anticipation post-apocalyptique, publiée par Katsuhiro Otomo entre 1982 et 1990, a bien souvent été le premier contact du public occidental avec le manga. L'auteur, âgé de 61 ans, rit doucement quand on lui rappelle son immense influence sur la science-fiction et la BD en général. Couronné Grand Prix de la 42e édition du festival d'Angoulême, il reviendra pour la première fois sur la genèse d'Akira, à la rencontre de ses fans français, samedi 30 janvier. Juste avant, M. Otomo a livré quelques informations lors d'une conférence de presse, lundi 22 janvier à l'Auditorium du Louvre. Morceaux choisis.

Sur sa venue à Angoulême
"Je suis ravi de cette invitation, et j'ai voulu remercier non seulement le festival, mais aussi le public français. Comme vous le savez je m'exprime peu, mais j'ai voulu faire un effort. Ça faisait trois ans que je n'étais pas revenu en France, donc je ne connais pas beaucoup d'auteurs français, à part Etienne de Crécy, le duo Kerascoët... Angoulême me faisait un peu rêver alors, et d'avoir dessiné l'affiche de cette année est un très grand honneur. J'ai voulu créer quelque chose de différent avec celle-ci : à l'époque, je m'intéressais à la culture traditionnelle chinoise, et je m'en suis inspiré pour réaliser cette affiche, à l'encre de Chine, avec très peu de couleurs."

Sur Akira
"Le monde d'aujourd'hui m'angoisse peut-être toujours un peu, comme à l'époque d'Akira. L'être humain est imparfait, il lui faut faire face au monde, c'est ce que reflètent mes œuvres. En tout cas, je ne referais pas Akira aujourd'hui. A l'époque où je travaillais dessus, je me souviens avoir tout donné, tout mis dans cette œuvre. Et pendant que la dessinais, j'en ai tiré moi-même un film d'animation, qui devait durer moins de deux heures. Ça m'a donc causé quelques frustrations, et quand j'ai repris mon manga, j'y ai ajouté tout ce que je n'avais pas pu mettre dans le film."

Sur les déclinaisons futures possibles d'Akira
"Je ne peux pas m'exprimer à la place de la personne qui est chargée de ce projet, donc ne me posez pas la question ! (rires.) Sinon, les studios Warner travaillent à un nouveau film sur Akira, mais je n'ai pas encore vu le scénario. Encore une fois, j'ai donné tout ce que je pouvais avec le manga et le film, je préfère donc voir celui-là en tant que spectateur."

Sur ses sources d'inspiration
"La vie quotidienne m'inspire beaucoup, mais aussi des mangas et des romans que j'ai lus dans mon enfance. Leur effet s'est révélé non pas sur le moment mais plus tard, il me faut un certain temps de maturation pour que ça m'inspire."

Sur ses projets
"Je travaille sur mon vieux projet de manga qui se déroule dans le Japon à l'époque d'Edo (1600-1868, ndlr.), mais j'ai un peu de mal car j'ai tant d'autres choses en parallèle ! J'ai également en projet un film en prises de vue réelles, un autre d'animation, mais il faut régler des problèmes de budget, trouver des financements. J'ai également prévu quelque chose avec le Louvre, avec le musée d'Orsay... J'aimerais planifier une fois pour toutes ces projets cette année pour savoir par lequel commencer."

Sur la parité dans le monde de la BD
"On le sait, l'égalité homme-femmes n'est pas une généralité. Mais dans le monde du manga, les gens ne font pas attention au sexe de l'auteur. Il faut avoir du talent et travailler, ce sont les œuvres seules qui sont intéressantes. Le seul critère, c'est de vendre, sinon l'éditeur ne publie pas !"

A LIRE AUSSI >> Le dessinateur Hermann est le Grand Prix 2016 du Festival d'Angoulême