Cette fois, on ne pourra pas reprocher au Festival d'Angoulême une quelconque forme de sexisme. Ni de snobisme, d'ailleurs. Récemment accusé de n'avoir retenu aucune femme dans la sélection pour son Grand Prix annuel, le Festival avait fini par inviter "l’ensemble des auteur(e)s de bande dessinée à voter librement pour désigner comme lauréat(e) l'auteur(e) de leur choix".

Jeudi 21 janvier, trois noms ont été issus des 1 216 votes pour participer au second tour et déterminer qui rejoindra la galaxie des Grands Prix, auteurs récompensés "pour l'ensemble de leur œuvre et leur empreinte sur l'histoire de la bande dessinée". Katsuhiro Otomo, Grand Prix du Festival 2015, annoncera lui-même le lauréat du 43e Grand prix, mercredi 27 janvier à 18 h 30 à Angoulême.

Alan Moore (Grande-Bretagne)
Assurément le favori de la sélection. Créateur de Watchmen, V pour Vendetta et La Ligue des gentlemen extraordinaires, Alan Moore, 62 ans, a fait passer les comics au niveau supérieur. Nourri de littérature et de science-fiction, il est passé par DC Comics et Marvel tout en signant des œuvres marquantes chez des éditeurs indépendants, comme From Hell, sa somme sur Jack l'éventreur. Sa bibliographie, imposante en nombre comme en qualité, est sans conteste celle d'un Grand Prix.

Hermann (Belgique)
Architecte de formation, Hermann perce en 1969 avec sa première série, Comanche, scénarisée par Greg. Il se lance ensuite en solo avec une autre série, Jeremiah, débutée en 1979 et toujours en cours. Les fans de chevaliers du moyen-âge ont également dévoré les 15 tomes des Tours du Bois-Maury, une référence du genre qui masque un peu ses nombreux "one-shots". Hermann, 77 ans, figurait déjà parmi les trois finalistes du Grand Prix en 2015.

Claire Wendling (France)
Alors qu'on attendait plutôt Claire Bretécher comme deuxième Grand Prix féminin (après Florence Cestac en 2000), c'est l'outsider Claire Wendling, 48 ans, qui entre en compétition. Admirée par ses pairs, peu connue du grand public, elle possède une patte stylistique qui a parfois été comparée à celle de Loisel. Elle a publié une série, Les lumières de l'Amalou, chez Delcourt, et a arrêté la BD depuis au profit de l'illustration. Elle vit à Angoulême depuis qu'elle y a fait ses études, aux Beaux-Arts.

A LIRE AUSSI >> Festival d'Angoulême : après la polémique, le directeur s'explique