Le Festival d'Angoulême a décidé de faire rimer 2016 avec fadaise, foutaise et gros malaise. Après la polémique sur le sexisme de la sélection, c'est la cérémonie de remise des prix qui a fait parler d'elle samedi soir.

La soirée était animée par Richard Gaitet. Le comédien et animateur de Radio Nova est entré sur scène et a directement annoncé les heureux lauréats des différentes récompenses, dont Olivier Schrauwen, l'auteur d'Arsène Schrauwen, pour le Fauve d'or.

Le patron d'Urban Comics furieux

Au bout de plusieurs longues minutes, Richard Gaitet a ensuite annoncé qu'il s'agissait en réalité d'un faux palmarès, d'une blague quoi, suscitant la colère de plusieurs éditeurs et artistes qui pensaient repartir avec un trophée.

Pôl Scorteccia, le patron de Urban Comics, a ainsi cru que Saga, de Fiona Staples et Brian K. Vaughan, avait remporté le Fauve de la meilleure série. Le directeur a expliqué qu'il avait tout de suite prévenu l’illustratrice canadienne et le scénariste américain avant de se confondre en excuses. ''Clairement on passe pour des clowns'', a-t-il estimé auprès du quotidien Sud Ouest.

Franck Bondoux assume

Benoît Peeters, scénariste culte de BD qui a notamment écrit les histoires des Cités obscures dessinées par François Schuiten, a également fait part de sa colère sur le réseau social et a pointé du doigt des ''plaisanteries douteuses sur les Allemands et sur les Japonais''.

''Quel abruti, quel fils de corniaud branlé s'est dit que ce serait drôle de donner une fausse joie humiliante à des auteurs/éditeurs ?'', s'est, pour sa part, interrogé Boulet.

De son côté, le directeur du festival d'Angoulême Franck Bondoux a assumé et revendiqué le droit à l'impertinence. Joann Sfar a, lui aussi, réagi en twittant : ''On a fait croire à Franck Bondoux qu'il était directeur du festival d'Angoulême. En fait c'était une blague''.

A LIRE AUSSI
>> Festival d'Angoulême : un Fauve d'Or audacieux pour "Ici", l'ovni graphique de Richard McGuire

>> Festival de BD d'Angoulême : après la polémique sur le sexisme, le directeur s'explique