Première polémique sur la Croisette. La liste des films qui seront présentés dans la grande compétition officielle au Festival de Cannes du 15 au 26 mai ne compte qu'une seule femme réalisatrice, Valéria Bruni-Tesdeschi avec Un château en Espagne, après un zéro pointé l'année dernière.

"Je ne crois pas que les sélectionneurs fassent exprès de ne pas prendre des films réalisés par les femmes", s'est défendu ce vendredi sur France Inter, le président du festival, Gilles Jacob. "Il y a une seule femme en compétition, a-t-il reconnu, mais il y a des femmes dans d'autres sections de Cannes, donc ça vient et je ne crois pas que ce soit la faute du festival"

Thierry Frémaux avait devancé les interrogations jeudi lors de la conférence de presse. "Les œuvres que vous aurez sous les yeux bientôt seront faites par des artistes et des cinéastes dont a priori nous ne préjugeons pas de leur qualité selon qu’elles sont réalisées par des hommes ou par des femmes. Le problème n’est pas qu'au festival de Cannes, il est dans des choses sur lesquelles il va falloir de toute façon s’interroger, comme les écoles de cinéma", a-t-il insisté, en se disant prêt à accueillir un débat sur le sujet. Des déclarations qui n'ont pas empêché le collectif La Barbe à s'insurger, après avoir déjà lancé un appel l'an dernier.

Najat Vallaud-Belkacem s'interroge

"Que le Festival de Cannes cesse donc de se défendre par des propos souvent plus sexistes encore que sa sélection. Et que les responsables politiques prennent enfin la mesure de la domination masculine qui règne dans ce secteur et agissent en conséquence", a demandé jeudi le groupe, soulignant que "depuis 1946, les hommes ont représenté 97 % de la sélection officielle".

La ministre des Droits des femmes, Najat Vallaud-Belkacem, a abondé dans le sens du collectif. "La question qui se pose aujourd’hui c’est est-ce que nous avons suffisamment de femmes qui sont formées, qui sont accompagnées, soutenues dans leur volonté de devenir réalisatrices ?” Maigre consolation, les 6 réalisatrices qui seront présentes en compétition pour Un certain regard, dont Sofia Coppola, la Française Rébecca Zlotowski, Claire Denis ou encore l'actrice Valeria Golino avec son premier film derrière la caméra.