Venu présenter Saint-Amour - réalisé par Gustave Kervern et Benoît Delépine - lors d'une conférence de presse ce vendredi le 19 février, en marge de la Berlinale, le festival de films de Berlin, Gérard Depardieu ne s'est pas contenté de parler de son film, il s'est également payé François Hollande et le Festival de Cannes. 

L'acteur a réaffirmé sa fierté d'être un citoyen russe - depuis 2013 - et son "admiration pour Vladimir Poutine". Il précise qu'il aime le président de la Russie "pour ce qu'il fait, et pour la population russe. N'en déplaise à certains intellectuels français, y compris mes amis qui me font des reproches". Il continue en égratignant François Hollande : "je me sens très russe, même à l'étranger. Comment ne pas se sentir plus russe que français avec le président qu'on a en France ? Pour moi, y a pas photo".

A LIRE AUSSI >> Gérard Depardieu est toujours fier d'être Russe et maintenant il "fume des cerfs"

Mais Depardieu ne s'arrête pas là et n'hésite pas à tacler également le Festival de Cannes, dont il n'est pas vraiment fan : "c'est vrai qu'à Berlin il y a un grand festival, comme à Toronto, comme à Sundance. J'en dirai pas autant de Cannes. Avant il y avait la momie Gilles Jacob, maintenant c'est Pierre Lescure et Thierry Frémaux. Donc c'est pas pareil. C'est pas pareil, et le cinéma non plus. Merci. À bon entendeur, salut!". Gérard Depardieu et la France, une belle histoire qui finit mal.