Dimanche soir, le jury du 23ème Festival International du Film Fantastique de Gérardmer, présidé par le cinéaste Claude Lelouch, a dévoilé son palmarès. Un an après le sacre de It Follows de David Robert Mitchell, c’est Bone Tomahawk, l’excellent premier film de l’américain S. Craig Zahler, qui a fait main basse sur le Grand Prix. Ce western aux saillies horrifiques retrace le parcours d’un shérif (Kurt Russell) qui, en compagnie de trois cowboys, arpente les paysages du Nouveau-Mexique, en 1850, pour mettre sous les verrous des indiens cannibales. Finement écrite, joliment incarnée et dotée d’une très belle photographie, cette oeuvre accessible au grand public - sortie en DTV le 11 mai - marque la naissance indéniable d’un auteur à suivre.

Des sirènes au rockeur : le grand écart est total

Pour leur prix du jury, Claude Lelouch et ses jurés (parmi lesquelles Elsa Zylberstein, Jonathan Lambert et Mathilde Seigner) ont choisi deux films ex aequo. D’un côté, l’agréable found fortage israélien Jéruzalem de Doron et Yoav Paz dont l’action se situe le jour du jugement dernier. De l’autre, le conte cauchemardesque Evolution (en salles le 16 mars) de la française Lucile Hadzihalilovic dans lequel des femmes mi sirènes mi sorcières de Salem font des expériences sur des enfants au coeur d’une île fantasmatique. Ce récit particulièrement clivant a également reçu les faveurs du jury de la Critique.

Autre prix majeur : celui du public. Toujours plus nombreux et enthousiaste, ce dernier a jeté son dévolu sur le long métrage australien The Devil’s Candy. Lequel narre l’enfer vécu par un père de famille rockeur et peintre, sa femme et son ado de fille dans leur nouvelle demeure enténébrée par la marque de Satan. Les prix des jurys SyFy et Jeunes sont enfin revenus respectivement à l’atmosphérique The Witch du New Yorkais Robert Eggerts et au foutraque Southbound, film à sketches orchestré par sept réalisateurs dopés au genre. Autant dire que le palmarès ne manque pas d’éclectisme.