La TNT fait des petits. A partir du 12 décembre, les téléspectateurs découvriront six nouvelles chaines, parmi lesquelles HD1, la petite dernière de la famille TF1. Son crédo ? La fiction, la fiction... et encore la fiction. "HD1 sera la chaine de toutes les histoires, de toutes les narrations, de toutes les formes de contes", a expliqué hier Nonce Paolini, le président du groupe TF1, lors d'une conférence de presse au siège de la chaine.

Au menu donc des long-métrages de cinéma, à raison de trois soirées par semaine, avec pour commencer quelques succès récents au box-office comme Les Noces Rebelles, In The Air ou encore Syriana. Deuxième axe fort, les séries, avec quelques valeurs sûres made in France comme Flics, R.I.S Police Scientifique et l'inusable Julie Lescaut. Et des cousines américaines comme Pan Am, Eli Stone, Kings et Brothers & Sisters.

Un investissement fort pour la création française

HD1 misera également sur les programmes courts d'humour comme la série belge Fritkot. Et proposera une émission hebdomadaire sur l'actu de la fiction baptisée "Clap". Fabrice Mollier, président de la chaine, promet pas moins de "250 films par an", dont 15% d'inédits en clair, mais aussi un investissement fort sur la création française, "avec 13,5 millions d'euros sur trois ans ".

Plusieurs projets de série quotidienne sont d'ailleurs actuellement à l'étude. Dotée d'un budget global de 50 millions d'euros, au bout de deux ans, HD1 entend s'adresser aux 25-59 ans en priorité, pour un objectif d'audience de 1,9% à partir de 2016.