Cinq Oscars, six César, 3 millions d'entrées dans les salles françaises... le succès rencontré par le film The Artist avait donné des envies à Christophe Valdenaire. Mal lui en a pris. Le scénariste, qui accusait le long métrage de plagiat, a non seulement perdu son procès en contrefaçon, mais a également été condamné jeudi par le tribunal de grande instance de Paris pour procédure abusive.

Pour Christophe Valdenaire, l'histoire du film réalisé par Michel Hazanavicius ressemblait un peu trop au scénario de son œuvre Timidity, la Symphonie du Petit Homme. Celle-ci relate les aventures d'un acteur qui suit les préceptes d'un livre pour venir à bout de sa timidité maladive. Le projet de ce film avait été tourné en noir et blanc et en muet, comme The Artist, qui raconte, lui, la vie d'une star du cinéma muet qui rate le train du passage au cinéma parlant.

''Une intention de nuire''

Christophe Valdenaire réclamait cinq millions d'euros de dommages et intérêts. La justice en a décidé autrement. Les juges ont, en effet, estimé que les deux films n'avaient ''aucune ressemblance autre que la correspondance d'idées non appropriables".

Ils ont également critiqué la médiatisation par Christophe Valdenaire de ses accusations, "sans prudence ni mesure" qui traduit pour eux une "intention univoque de nuire". Le plaignant devenu coupable a donc été condamné à verser 21 000 euros à diverses sociétés et 29 000 euros pour les frais de justice.

A LIRE AUSSI
>> "The Artist" avec Jean Dujardin : le réalisateur Michel Hazanavicius accusé de plagiat
>> Cinq Oscars : "The Artist", la classe américaine !
>> Quand Uggie, le chien de "The Artist", répondait aux lecteurs de metronews