On ne plaisante pas avec J.K. Rowling. Mi-juillet, le Sunday Times révélait à la Terre entière que l’auteur à succès de la saga Harry Potter avait écrit un roman policier, L’appel du coucou, sous le pseudonyme de Robert Galbraith. A l’origine du scoop, un tweet adressé à une journaliste par l’avocate Judith Callegari, qui tenait elle-même l’information de l’un de ses associés au sein du cabinet Russells, Chris Gossage.

Le livre sortira en France en octobre

"Affligée" par l’affaire, J.K. Rowling décidait d’attaquer en justice le cabinet d’avocats. Lequel a été condamné mercredi par un tribunal londonien. Russells devra rembourser les frais d’avocats de l’écrivain… et verser une somme d’un montant inconnu à Soldiers' Charity, une association britannique qui vient en aide aux anciens combattants. Bref un mal pour un bien.

Le vol du coucou, qui ne s’était vendu qu’à 1 500 exemplaires depuis sa sortie en avril dernier en Grande-Bretagne, a vu ses ventes exploser depuis l’affaire. En France, il sortira en octobre prochain chez Grasset… signé Robert Galbraith.