Où sont les femmes ? Pas dans la liste des trente artistes nommés pour le Grand Prix de la BD du prochain Festival d'Angoulême en tout cas ! Les organisateurs ont, en effet, dévoilé une sélection 100% masculine avec notamment Quino, Alan Moore, Christophe Blain, Pierre Christin, Nicolas de Crécy, Taniguchi ou Manara. Parmi les dessinateurs sélectionnés, des voix se sont immédiatement élevés pour dénoncer le sexisme du Festival d'Angoulême, dont la prochaine édition se tiendra du 28 au 31 janvier.

Riad Sattouf a été le premier à réagir mardi en publiant un message sur Facebook. ''Il se trouve que cette liste ne comprend que des hommes. Cela me gêne, car il y a beaucoup de grandes artistes qui mériteraient d'y être. Je préfère donc céder ma place à par exemple, Rumiko Takahashi, Julie Doucet, Anouk Ricard, Marjane Satrapi, Catherine Meurisse '', a ainsi écrit l'auteur de L'Arabe du futur qui a demandé à être retiré de cette sélection.

''Un message désatreux''

Ce mercredi matin, Joann Sfar lui a emboîté le pas. ''Je soutiens à mille pour cent la démarche de Riad. Aucun auteur ne peut souhaiter figurer sur une liste entièrement masculine. Cela enverrait un message désastreux à une profession qui de toutes parts se féminise. Bien entendu, je demande que mon nom soit retiré de la liste des nommés. Je suis certain que l'ensemble des auteurs nommés auront la même réaction'', a déclaré sur Facebook l'auteur de la série du Chat du rabbin.

Connu pour ses BD documentaires et sociales, dont Les Mauvaises gens, Etienne Davodeau a eu la même démarche. ''Le fait que cette liste de trente auteurs ne comporte aucun nom féminin contribue à alimenter l'un des pires de ces clichés : celui qui voudrait que la bande dessinée soit par essence un art non-féminin. Il se trouve que les femmes sont de plus en plus nombreuses à pratiquer - et à lire - la bande dessinée. Je regrette que les instances du festival n'aient pas tenu compte de ce fait incontournable. C'est pourquoi je demande, moi aussi, que mon nom soit retiré de cette liste'', a-t-il lancé également sur Facebook.

Florence Cestac, seule femme honorée

Idem pour le dessinateur américain de Ghost World Daniel Clowes qui s'est exprimé sur Instagram : ''Je suis partisan d'un boycott d'Angoulême et je ne souhaite pas que mon nom soit associé à une quelconque distinction. Quelle débâcle ridicule et embarrassante.'' Il a également rappelé que depuis la création du Festival il y a 43 ans une seule femme avait obtenu le Grand Prix. Florence Cestac, dessinatrice notamment de la série des Déblok, a reçu en 2000 le plus prestigieux des prix du 9e art.

A LIRE AUSSI >> Festival d'Angoulême : Riad Sattouf refuse sa nomination