La mort de Gérald Babin et le suicide de Thierry Costa ont marqué l'arrêt de Koh-Lanta sur TF1, qui préparait la 13ème édition du programme. La mère du défunt candidat ne s'est jamais exprimée au sujet de la tragédie. Dans une interview accordée au Figaro, Liliane est revenue sur son deuil : ''Notre douleur est encore là. Cela fait seulement deux mois et c'est toujours très dur. Nous n'en voulons à personne. Nous ne porterons pas plainte. Thierry était tellement content d'aller là-bas, au Cambodge. Il était heureux. Il n'aurait jamais cédé sa place. Il me l'a dit quelques jours avant de partir, lorsqu'il était chez nous, en Moselle. Notre fils n'est pas en cause'', a-t-elle expliqué.

Concernant le comportement des dirigeants de TF1 dans cette sombre affaire, Liliane a déclaré que la chaîne avait ''promis de défendre'' son fils. ''J'ai parlé deux fois avec le directeur de TF1, qui m'a promis de tout faire. Notre fils n'aurait jamais dû subir une telle pression des médias, il n'aurait jamais dû être poussé à faire ce qu'il a fait. Si un jour on l'attaque, nous ne nous laisserons pas faire. Nous sommes des petits, mais nous défendrons son honneur jusqu'au bout''.

''Les journalistes sont peut-être un peu responsables''

Aujourd'hui, Liliane se bat toujours pour défendre l'honneur de son fils, dont elle nie toute responsabilité dans le décès de Gérald Babin : ''Lorsque les candidats ont passé des examens, à Paris, il y avait bien des cardiologues. Pourquoi n'ont-ils rien décelé ? Visiblement, le candidat était atteint d'une maladie de cœur. Notre fils était médecin urgentiste. Il ne pouvait pas deviner ce que les cardiologues n'avaient pas décelé''. Elle est également revenue sur le suicide de Thierry Costa et explique ce geste par ''la médisance et de la méchanceté de certains, et peut-être un peu de jalousie'' qui l'ont amené, selon elle, à craquer.

''Les journalistes sont peut-être un peu responsables, vous ne croyez pas ? Thierry était plein de vie. Quand je lui parlais parfois de nos petits soucis, il me disait toujours : 'C'est rien, Maman, ce n'est pas important'. Pour qu'il réagisse de cette manière, c'est que quelqu'un avait touché à son honneur. Il n'était pas dépressif pour un sou, plutôt très enthousiaste à l'idée de travailler sur Koh-Lanta et il s'en sentait capable'', a-t-elle précisé.