"Les chevaux, c’est ma raison de vivre". Thomas Menant, candidat de la 8ème saison de L’Amour est dans le pré et éleveur de chevaux est un passionné d’équitation, qui n’hésite pas à dire que ses bêtes comptent plus que tout pour lui. Et pourtant, il est actuellement poursuivi pour cruauté sur un cheval : il aurait laissé la bête malade agoniser pendant plusieurs heures plutôt que de la faire euthanasier.

Hier, devant le tribunal d’Amiens, l’éleveur a tenté de se défendre face à quatre parties civiles : l’association Brigitte Bardot, la SPA, 30 millions d’amis et l’association Assistance Animaux. Selon lui, le cheval souffrait d’une maladie incurable à 95%. "Pendant 9 jours, j’ai administré un calmant en intraveineuse, après la dernière injection, je pensais qu’il allait partir dans l’heure qui suivait". Mais l’animal agonisera pendant plusieurs heures avant de mourir.

6 mois de prison avec sursis et 2 000 euros d’amende requis

Selon le procureur : "Les faits sont simples, il a laissé mourir un animal. Quand un animal est à l'agonie, tout éleveur fait appel à un vétérinaire pour l'euthanasie". Il demande 6 mois de prison avec sursis et 2 000 euros d’amende : une "peine d’avertissement". La SPA demande quant à elle la confiscation des animaux et même l’interdiction d’exercer des activités en lien avec les animaux.

Une demande "démesurée" selon l’avocat de Thomas, Me Crépin qui avance "une erreur de jugement" de la part de son client tout en dénonçant les menaces de mort subies par ce dernier à cause du procès. Si le candidat de L’Amour est dans le pré regrette finalement de ne pas avoir appelé de vétérinaire, il assume et tient à ne pas se poser en victime puisque selon lui : "La vraie victime dans tout ça : c’est le cheval".

Le verdict sera rendu le 4 octobre prochain.