Forte du succès de Making a murderer, la série documentaire sur laquelle elle a travaillé pendant dix ans avec Moira Demos, la réalisatrice Laura Ricciardi peut présenter n'importe quel projet à son producteur et diffuseur, Netflix.

Mercredi 13 janvier, elle a confié sur le plateau de The Late show with Stephen Colbert : "J'adorerais suivre Florence and the Machine, mais je ne l'ai pas encore contactée." Après avoir passé tant d'années à suivre l'erreur judiciaire qui a envoyé deux hommes en prison à perpétuité, un peu de légèreté serait bienvenue.

Le témoignage accablant d'une ex-fiancée d'Avery

Encore faudrait-il que la réalisatrice en ait le temps, puisque Making a murderer continue d'avoir d'importantes répercussions aux Etats-Unis. De nombreux groupes de soutien et pétitions demandent la libération de ses deux accusés, Steven Avery et Brendan Dassey. Or une voix discordante est venue accabler Avery, mercredi 13 janvier : Jodi Stachowski, l'ex-compagne de celui-ci, a déclaré qu'il était "un monstre", et qu'il la "battait tout le temps". Pour elle, sa culpabilité ne fait aucun doute, il a bel et bien tué Teresa Halbach, "parce qu'il a menacé de me tuer, moi et ma famille, et un de mes amis". Steven Avery a fait appel de sa condamnation la veille de cette déclaration.

A LIRE AUSSI >> Un morceau de rap vient clamer l'innocence des accusés de "Making a murderer"