Des filles qui jouent au foot ? Mais qui va faire la vaisselle ? Cette petite réflexion préhistorique circule encore dans les cours de récréation, les stades et les esprits dits avancés. Le foot, c'est une affaire d'hommes, et dans ce domaine, les mecs ne sont pas prêteurs. Même si les mentalités macho s'adoucissent peu à peu : L'Equipe n'a pas hésité à mettre en une les belles victoires de l'équipe de France féminine, tandis que leurs confrères masculins se perdent dans les pages people.

Encore un combat pour l'égalité

Pour son documentaire, Farid Haroud a retrouvé la trace des pionnières, ces mères de famille capables de braver les moqueries pour taper dans le ballon. L'opinion, partagée par leur mari, ne leur ont épargné aucun cliché : le foot féminin n'est pas du sport, au mieux c'est "une curiosité érotico-comique" (sic), au pire c'est trop dangereux. D'ailleurs on devrait tout bonnement leur interdire l'accès aux terrains. Et on le fera, un temps. Il faudra attendre 1971 pour que la Fifa reconnaisse un match de foot féminin, un France-Hollande gagné 4-0, quand même !

Un sport mixte au Canada

Comme par hasard, c'est en France qu'on est le plus en retard. Au Québec, garçons et filles jouent ensemble au "soccer" dès l'école primaire. Il faut voir ces fillettes en couettes dribbler et viser la lucarne comme si leur vie en dépendait : ça, du sport de gonzesses ? Pas dans ce pays où le roi des commentateurs sportifs est une commentatrice, et où le spécialiste du magazine Québec Soccer est une grande blonde.

Vers la gloire

Aujourd'hui, les footballeuses gagnent de plus en plus de supporters. Parce qu'elles gagnent souvent, et qu'elles gardent le sourire. On ne peut certes pas les accuser d'être pourries par l'argent : les professionnelles de l'Olympique lyonnais gagnent entre 3 000 et 12 000 euros par mois. Ce sont les seules pros en France, avec celles du PSG féminin. Elodie Thomis, attaquante star de l'OL, confie d'ailleurs réfléchir à son après-carrière, vu qu'elle n'aura pas engrangé des millions pour se la couler douce à Monaco ou en Suisse. D'ici-là, elle peut déjà être fière de son palmarès.

A voir :
Un vrai sport de gonzesses, mardi 23 avril à 22 h 50 sur Canal +.