C'est un poids lourd de la bande dessinée qui a été sacré grand Prix de la ville d'Angoulême : Hermann, 77 ans. Le créateur de Jeremiah succède au magaka japonais Katsuhiro Otomo. Le dessinateur franco-belge concourrait contre Alan Moore et une femme, la dessinatrice française Claire Wendling. Entre les trois artiste, le vote des auteurs s'est donc porté sur le plus traditionnel.

Cette année, le festival a donc décidé de rendre hommage à un vétéran du neuvième art mais surtout à l'un des dessinateurs les plus prolifiques, avec plus d'une centaine d'albums à son actif. Cet architecte de formation s'est consacré à la bande-dessinée dans les années 60. Il commence par rejoindre le studio de Greg avec qu'il signe la série Bernard Prince et Comanche, notamment. Puis, c'est en solo qu'il poursuit sa carrière avec la série Jeremiah commencée en 1979 et toujours en cours aujourd'hui.

Une magnifique surprise

Interrogé par le Figaro, Hermann se dit honoré de recevoir ce prix de la ville d'Angoulême : "Je ne m'y attendais pas du tout", confie l'homme. "L'année dernière le prix a été décerné à Otomo, je n'étais pas déçu car je n'ai jamais couru après. J'avais même fait une croix dessus. Je remercie les auteurs qui m'ont voulu. C'est une magnifique surprise. Pour moi, le plus important reste la reconnaissance de mon travail par la profession". L'auteur est également revenu sur la polémique qui a entaché le Festival d'Angoulême, accusé de sexisme : ""J'en ai entendu vaguement parlé. Tout ce que je souhaite, c'est que les femmes soient plus présentes. Il y a de la place pour elles. Le monde de la bande dessinée est remplie de talentueuses dessinatrices".


A LIRE AUSSI
>> Festival d'Angoulême : l'un de ces trois dessinateurs sera le prochain Grand Prix

>> Festival de BD d'Angoulême : après la polémique, le directeur s'explique