C’est qui ?
Anne B. Ragde est née en Norvège en 1957. Professeur de communication à l’université de Trondheim, elle publie en 1986 ses premiers romans pour la jeunesse. C’est dans les années 90 qu'elle explore un nouveau genre : le thriller. Mais c’est avec sa trilogie des Neshov (La Terre des mensonges, La Ferme des Neshov et L’héritage impossible disponible en 10/18) qu’elle devient une romancière à succès traduite dans une vingtaine de langues, jusqu’à être l’heureuse lauréate du très prestigieux prix Norvégiens Riksmal, l’équivalent du Goncourt français.

► Ça parle de quoi ?
Ce roman a comme point de départ la propre expérience de l’auteur, la perte de sa mère en plein milieu de l’écriture de ce livre. Anne B. Ragde dresse le portrait doux-amer d’une femme particulière, férue de littérature. On découvre une maman à fort caractère qui affirme son rejet des normes et sa détermination à poursuivre sa route, peu importe les obstacles. La romancière offre au lecteur des moments de vie précieusement choisis entre le présent et le passé. Pas à pas, nous suivons le parcours de soins jusqu’à l’ultime fin, malheureusement inévitable. 

 Pourquoi on aime ?
Ce portrait de mère est sans concession, plein d’humour et de tendresse avec une volonté exceptionnelle d’authenticité. Un texte dur, saisissant, qui étrangement nous fait du bien, parce que l’auteur recoud les fils cassés en faisant de cette histoire ordinaire un moment universel. Anne B. Ragde à la subtilité de décrire sa mère comme une personne entière avec ses qualités et ses défauts, pour la rendre humaine dans une période de vulnérabilité extrême. Un roman qui n’est pas écrit avec la tête, mais bien avec le ventre et le cœur. Poignant.

>> Sa Majesté Maman, d’Anne B. Ragde, Fleuve Éditions. 318 pages. 18,90 euros.