C’est qui ?
Aymeric Patricot est né en 1975. Diplômé d’HEC, ancien attaché culturel à l’ambassade de France au Japon, il a abandonné sa carrière pour passer l’agrégation de lettres modernes qu’il a obtenu. Après avoir enseigné dix ans dans les collèges et lycées de la région parisienne, il devient professeur en classe préparatoire. Il publie à partir de 2006 des romans sombres comme Azima le rougeSuicide Girls ou encore L’Homme qui frappait les femmes. Et aussi des essais dont les thèmes sont difficiles, ancrés dans une réalité âpre, comme Autoportrait du professeur en territoire difficile ou encore sa dernière enquête qui a suscité un vif débat, Les petits blancs, disponible ce mois-ci en version poche (Points).

 Ça parle de quoi ?
Après des essais sur des sujets moroses, Aymeric Patricot a relevé le défi d’aller à la rencontre de gens que l’auteur sentait heureux dans le monde d’aujourd’hui. "Je ne les ai pas fait beaucoup parler, j’ai préféré laisser vaquer mon imagination, je craignais les discours forcés, les répliques convenues", précise-t-il. Pour lui, le bonheur s’observe par un tiers et ne s’évoque pas par soi-même, ça ne serait pas crédible. C’est ce qu’il a fait pour ce livre, en fin observateur, il nous retranscrit ses différents échanges en proposant des portraits épatants composés d’anonymes et d’écrivains célèbres comme Montaigne, Aragon, Beauvoir, Céline, Proust et Colette. Construite en six parties, l’enquête dévoile aux lecteurs différentes formes de bonheur, le bonheur comme une sorte de dialogue entre le "moi" et le monde. 

 Pourquoi on aime ?
En promenant le lecteur dans les différentes formes de la joie de vivre, Aymeric Patricot nous démontre avec ces différents témoins que finalement le bonheur ne répond à aucune recette, mais que chacun d’entre eux l’a trouvé en cultivant ses vices ou ses défauts. C’est avec ce regard subtil que l’auteur restitue ici une radiographie précise du bonheur ancré dans notre réalité. Les vies enchantées est le livre qui va à contre-courant de ceux qui nous expliquent comment être heureux. Et c’est en cela que sa démarche résonne. À travers ces témoins qui forcent l’admiration, Aymeric Patricot exprime un regard joyeux, réel et inattendu sur le bonheur, avec un souci de véracité qui rendra service au lecteur en quête de bonheur.     

>> Les vies enchantées, d’Aymeric Patricot, Éd. Plein Jour. 224 pages. 18 euros

A LIRE AUSSI
>>
Le livre qui fait du bien (38) : Les jours areuh de François d’Epenoux
>> Le livre qui fait du bien (39) : Sa Majesté Maman de Anne B. Ragde