C’est qui ?
Né à Irvine en Écosse, John Niven a longtemps travaillé dans l’industrie musicale où il aura la chance de signer des groupes comme Coldplay et Muse. En 2002, il quitte ce milieu pour écrire à temps plein. Il contribue à des journaux et magazines comme Q dans lesquels il anime des chroniques mensuelles. Il écrit aussi des scénarios et surtout des romans. Nous l’avons découvert en librairie l’année dernière avec Enfant terrible (en poche actuellement chez 10/18), l’histoire irrésistible d’un homme moderne qui décide de vivre comme un adolescent. Un bouquin entre la série Californication et les romans de Jonathan Tropper. Son petit dernier, Old School, confirme bien sa touche : un humour grinçant qui fait mouche.

 Ça parle de quoi ?
De deux amies sexagénaires depuis l’enfance, qui vont vivre une aventure tonitruante, à la Thelma et Louise. Alors que Julie a vécu une vie tumultueuse, Susan, quant à elle, a eu une vie plus rangée : une jolie maison, un mariage solide avec Barry, comptable. Jusqu’au jour où Barry est retrouvé mort dans un appartement glauque. Cette double vie plonge avec surprise Susan dans des difficultés financières sérieuses. Au pied du mur, les deux amies rencontrent un gangster octogénaire qui va les inciter à s’en sortir d’une manière inattendue : cambrioler une banque. Jusqu’où tous ces événements vont-ils conduire nos deux héroïnes, prêtes à tout pour s’en sortir ?  

► Pourquoi on aime ?
Ce roman est une vraie pépite : tout y est. L’histoire est originale, les protagonistes sont attachants, vivants, audacieux, ils frisent une certaine folie communicative. Et surtout l’humour est efficace, pertinent et subtil. Ces deux femmes âgées se comportent d’une manière déshonorante. Et pourtant, elles ne sont pas si immorales que ça. C’est tout le talent de John Niven : il parvient à offrir au lecteur une fiction comique, avec des personnages proches de la caricature, et soudainement, le lecteur est cueilli par la réalité émotionnelle des ses deux héroïnes. C’est drôle, décalé, mordant. Juste excellent.

Old School, de John Niven, Éditions Sonatine. 412 pages. 19 euros