Bret Easton Ellis veut l'adapter au cinéma. Il a chassé James Patterson et John Grisham des meilleures ventes de livres. Publié en mai 2011, "Fifty shades of grey" a vite trouvé son public : 100 000 exemplaires se sont envolés la première semaine. 31 millions se sont vendus à ce jour, eBook compris, dont 20 millions pour le seul marché américain. Au bureau, à la télé, au marché, on ne parle de que de ça. Et voilà comment un roman érotique devient un best-seller, ce qui est nouveau, auprès d'un lectorat en majorité féminin, ce qui l'est encore plus.

Dominant et dominée
"Fifty shades of grey" met en scène une étudiante tombée dans les griffes d'un homme plus âgé qui va l'initier à l'amour sado-masochiste. Lui est beau, riche, puissant, cultivé, individualiste, dominateur. Elle est une oie blanche, la victime parfaite, qui va mollement se débattre avant de connaître des extases stratosphériques. Petit détail : elle est vierge et compte le rester, obligeant son diabolique amant à inventer quelques jeux pour que tous deux y trouvent leur compte de "oh" et de "ah".

Un fan-fic de "Twilight"
Christian Grey et Anastasia Steele ne sont certes pas Edward et Bella de "Twilight", mais ils ont la même origine. L'auteur, E. L. James, est une mère de famille londonienne qui a commencé son histoire sur un site de fan-fiction, où des fans inventent d'autres histoires à leurs personnages de fiction préférés. Mrs James est partie de "Twilight", a imaginé quelque chose de plus torride, et s'est laissée emporter. L'éditeur Vintage Books a suivi, et le feu a pris.

Créneau inédit
Pourtant, pas d'invention phénoménale dans ce roman érotique d'honnête facture : une histoire un peu banale, même, et pas besoin d'être féministe pour s'agacer légèrement du cliché où le millionnaire abuse d'une jeunette – pourquoi ne trouve-t-on jamais l'inverse, au moins en littérature, où toutes les invraisemblances sont possibles ? Il semble qu'El James ait trouvé un créneau encore mal exploré en littérature : l'érotisme grand public. Les passages hot n'oblige pas à le lire en cachette. Et un peu d'amour se glisse entre deux coups de fouet, histoire de faire évoluer l'intrigue.

Forte de son succès, qui l'étonne toujours, EL James a bouclé sa trilogie : "Fifty shades darker" est sorti en septembre 2011 et "Fifty shades freed" en janvier 2012. Sa traduction française, "Cinquante nuances de gris" sortira en octobre chez JC Lattès. Reliure cuir non prévue...