Après le président américain, les rockeurs britanniques. "Les Rolling Stones sont arrivés à Cuba dans l'après-midi", a annoncé l'Agence cubaine d'informations (ACN, officielle), deux jours après la venue de Barack Obama, une visite déjà historique dans l'histoire de l'île.

Les fringants septuagénaires Mick Jagger, Keith Richards, Ronnie Wood et Charlie Watts sont venus donner vendredi 25 mars un "Concert de l'amitié", gratuit et en plein air à la Cuidad Deportiva ("Cité sportive"), non loin du centre-ville de La Havane.

Contre la diabolisation du rock, Mick Jagger montre ses intentions pacifiques

Malgré l'absence de campagne promotionnelle, on estime qu'environ 500 000 personnes rempliront l'enceinte, une assistance sans précédent pour un concert dans le pays communiste. Le légendaire groupe de rock avait annoncé début mars, à la surprise générale, qu'il ajoutait La Havane au programme de sa tournée "Latina Ole tour" qui les a déjà menés au Chili, en Argentine, en Uruguay, au Brésil, au Pérou, en Colombie et au Mexique.

A Cuba, le rock a longtemps été considéré comme diabolique. Certains habitants n'ont jamais entendu parler des Stones, mais ceux-ci viennent avec un message de paix et de fraternité comme l'a déclaré Mick Jagger, qui s'est adressé aux Cubains – et en espagnol - dans une vidéo : "Nous sommes passés par de nombreux lieux incroyables, mais ce concert sera historique pour nous et, nous l'espérons, pour vous aussi. Merci de nous recevoir dans votre beau pays".

EN SAVOIR + >> Après Major Lazer, les Rolling Stones annoncent qu'ils vont se produire à Cuba