C'est LE festival défricheur par excellence. Les rencontres Transmusicales de Rennes sont les premières à avoir accueilli d'illustres noms comme Björk, Lenny Kravitz, Daft Punk ou encore Nirvana. Une flopée d'artistes prestigieux qui ont forgé la réputation de l'événement, toujours plus avant-gardiste chaque année.

Le cru 2013, qui aura lieu jusqu'à dimanche, devrait toutefois attirer un public plus large avec la venue de Stromae, de Benjamin Clementine et de London Grammar, sensation britannique de la rentrée. "On n’est pas dépassé parce qu’on sait gérer un événement comme celui-là", a réagi Jean-Louis Brossard, a expliqué à l'AFP le programmateur de l'événement depuis ses débuts. Les amoureux de découvertes ne seront toutefois pas en reste. La preuve avec nos 5 coups de cœur.

Luke Jenner
Ex-leader du groupe post-punk The Rapture, le chanteur américain reprend sa liberté en solo. A l'écoute des premières démos, le musicien semble vouloir pousser le curseur disco encore plus loin sur le dernier opus des New-Yorkais In the grace of your love, produit par le Frenchie Philippe Zdar. Jeudi 5 décembre, 23 heures, Hall 3.

Moodoïd
Guitariste de Melody's Echo Chamber, proche de Tame Impala, Pablo Padovani a formé ce groupe aux influences bigarrées. A l'image de titres psychédéliques comme "Je suis la montagne" et "De folie pure", la formation devrait remuer le public de Rennes. Jeudi 5 décembre, 21h45, Hall 3.

As Animals
Ce duo français s'est fait remarquer avec le tube "Ghost gunfighters" qui tourne en boucle sur nos ondes. La voix impressionnante de Zara, charismatique chanteuse, alliée à un magnétisme incroyable sur scène, font déjà du groupe l'un des plus attendus de 2014. Le premier album sortira fin janvier. Samedi 7 décembre, Bar en Trans, La Place, 22h30.

La Yegros
La chanteuse argentine commence à bien se faire connaître du public français, après avoir investi plusieurs festivals cet été. Dans son pays, c'est le tube "Viene de mi" qui lui a permis de se faire repérer. Son cocktail de folklore sud-américain et de musiques électroniques ne peut que faire mouche. Jeudi 5 décembre, 23h50 Hall 4.

Superets
Le groupe rennais ressuscite un esprit facétieux disparu de la circulation depuis assez longtemps. Exemple avec les morceaux "160 caractères pour te dire adieu" ou "L'amour", aux sonorités très rétro et au second degré pas si éloigné du Jacques Dutronc de l'époque. D'ailleurs, ils ne sortent pas des EPs, mais des 45 tours, comme au bon vieux temps. Samedi 7 décembre, 00h10, Hall 3.