Difficile semaine pour les candidats de MasterChef. Le jury veut tester leurs capacités à travailler en équipe, mais pas seulement. Les apprentis cuisiniers doivent faire preuve de créativité, de cohérence pour passer les différentes épreuves proposées sur une thématique précise : le duo. Dans l’assiette d’abord. Les candidats se lancent d’abord en solo. Ils ont une heure trente pour travailler une assiette parfaite jouant sur les contrastes. Le jury veut "des recettes cohérentes, contrastées et pleines de goût".

Contraste de goût, de mixture, de couleur, les candidats doivent être inventifs et à ce petit jeu, Frédéric et Marc s’en sortent avec les honneurs. Le duo de courgette du premier, le foie gras sucré du second séduisent les papilles des quatre pros. Pour Adrien et Christophe c’est la débandade. Ils ont fait l’erreur d’utiliser du colorant alimentaire et se font immédiatement reprendre. Christophe est sauvé in extremis, Adrien doit rendre son tablier.

Frustration vs esprit d’équipe

Pour la deuxième épreuve, le jury a composé sept binômes : un chef d’équipe qui n’a pas le droit de cuisiner et un commis qui devra reproduire le plat signature de leurs coéquipiers. Des plats imaginés qui leur tient fatalement à cœur. La communication entre Gaëlle et Kevin est difficile. Ce dernier "ne comprend pas où elle veut aller". Entre Shirley et Marc en revanche, c’est l’entente parfaite. Le plat de ces derniers fera d’ailleurs parmi des coups de cœur du jury tout comme celui de Diane et Eric (une tarte au citron façon mojito) et d’Alexandre et Eric (soupe alsacien à l’escargot).

Ça chauffe entre Christophe et Virginie

Travailler en duo, ce n’est pas toujours facile. Pour la deuxième épreuve en tandem, direction la Camargue pour cuisiner un produit phare de la région : le riz en plat et en dessert. Gaëlle et Kevin sont enfin sur la même longueur d’onde, tout comme Séverine et Philippe. Mais entre Christophe et Virginie c’est la guerre froide. "Elle est seule dans son monde, la communication impossible, elle n’a pas l’habitude de travailler avec quelqu’un". Virginie est en free-lance. Christophe est dépassé. Ni leur plat, ni leur dessert ne convainquent le jury qui les envoie en test sous pression.

Après avoir cuisiné l’un avec l’autre, ils vont cuisiner l’un contre l’autre un carré d’agneau et une ratatouille. Sous les yeux des candidats sauvés, les deux cuisiniers prennent des chemins inverses. Pour Yves Camderborde, "Virginie fait le pari de la douceur, Christophe choisit l’acidité. C’était gonflé, il a pris un vrai risque et ça a payé". L’aventure s’arrête donc pour la mère de famille.