"Un prédateur opportuniste". Voilà comment Stuart Hall, aujourd’hui âgé de 83 ans, est présenté par le procureur de la Couronne, Nazir Afzal. L'animateur de “Its a Knockout”, la version britannique d’”Intervilles, aurait commis d'attentats à la pudeur sur plusieurs jeune filles, entre 1967 et 1985. Les victimes ne se connaissaient pas mais “presque toutes” ont fait, “de façon frappante, des récits similaires”, explique le procureur.

Stuart Hall est une figure des médias britanniques. Encore récemment, il commentait, avec un style unique, enjoué et érudit, des matches de football sur la BBC Radio 5. Il a été suspendu de la BBC lors son inculpation en décembre. Il a dans un premier temps nié les faits qui lui étaient reprochés, les qualifiant de “pernicieux, impitoyables, cruels et avant tout faux”.

"Il est conscient que son déshonneur est total"

Il a cependant reconnu 14 délits lors d’une audience en avril, dont les détails n’ont été communiqués que jeudi. Sa condamnation sera prononcée le 17 juin. Son avocat a expliqué que son client comptait présenter des excuses à ses victimes. “Il n’est pas du genre à s’apitoyer sur lui-même mais il est bien conscient que son déshonneur est total”, a déclaré Crispin Aylett.

L’affaire Stuart Hall n’entre pas dans le cadre de l’enquête de la police sur les agressions sexuelles commises par l’ancien présentateur vedette de la BBC, Jimmy Savile, décédé en 2011, et par d’"autres personnes". Le retentissant scandale Savile, qui a éclaté l’an dernier, a donné lieu à un déballage d’affaires comparables, conduisant à l’inculpation de nombreuses célébrités du show business poursuivies pour des faits remontant souvent aux années 1960, 1970 et 1980.