Envie d'un pull à plusieurs centaines d'euros et de vous cultiver ? Faites d'une pierre deux coups en vous rendant au Bon Marché ! Une dizaine de sculptures d'Ai Weiwei y sont visibles jusqu'au 20 février dans le cadre de l'exposition "Er Xi", "Air de jeux".

Pour satisfaire l'appétit culturel des clients du grand magasin parisien de la mode et du luxe, l'artiste a puisé son inspiration dans le Livre des monts et des mers, un recueil de légendes qui datent de l'antiquité chinoise. Résultat : des animaux extravagants construits en bambou et en papier de soie, à la manière des cerfs-volants chinois traditionnels.

Paris Hilton en admiration

Pourquoi montrer ces oiseaux et ces dragons à plusieurs têtes dans les vitrines et la verrière centrale du Bon Marché ? "Pour aller à la rencontre d'un autre public, aussi large que celui d'un musée, mais qui ne vient pas a priori pour l'art", répond Ai Weiwei, qui a surtout dû toucher un gros chèque pour l'occasion.

Cet autre public a pris dimanche la figure de Paris Hilton. La blonde héritière a, en effet, partagé son engouement pour le travail de son ''ami'' Ai Weiwei via ses comptes Twitter et Instagram et la publication de photos quelque peu surréalistes.

Ai Weiwei bientôt chez Carrefour ?

Quant à élargir vraiment son public, ce n'est pas gagné. Le client du Bon Marché et le visiteur de musées ne forment souvent qu'une seule et même personne. Selon le centre d'observation de la société, les personnes non diplômées ont une probabilité d’avoir visité un musée ou une exposition 20 fois inférieure à celle des bac +3 et plus, qui peuvent se permettre, eux, de fréquenter le Bon Marché. Pour faire connaître son art, Ai Weiwei aurait donc été davantage inspiré de poser ses animaux dans les rayons de Leclerc ou de Carrefour.

En attendant, le Bon Marché se frotte les mains. ''Cette exposition est un hommage à la Chine et à son patrimoine culturel", avance le PDG Patrice Wagner. Et si l'établissement argue qu'il offre à ses clients une ''expérience unique'', il ne cache pas non plus qu'il espère les voir revenir très vite.

A LIRE AUSSI
>> Enfin libre, l'artiste chinois Ai Weiwei expose à la Royal Academy de Londres