Plantu a-t-il franchi la ligne rouge ? C’est l’avis de nombreux internautes, en découvrant la caricature, publiée par le dessinateur sur son blog. Afin d’illustrer – et de donner son point de vue – sur la décision, par Dolce Gabbana, Marks & Spencer et plusieurs grandes marques, de se lancer sur le marché de la mode islamique.

"A quand la fashion ceinture ?", demande une jeune femme en hidjab, une ceinture d’explosifs autour de la taille. Accusé de faire l’amalgame entre Islam et terrorisme, Plantu se défend. Contacté par La Parisienne, il a ainsi déclaré : "Je veux défendre l’image de la femme."

Son avis reflète celui des politiques

Invitée ce matin sur RMC, la ministre des Droits des femmes, Laurence Rossignol, a dénoncé l'initiative. "Quand les marques investissent dans ces vêtements, elles se mettent en retrait de leurs responsabilités sociales et font la promotion de l’enfermement du corps des femmes. Ça me choque", a-t-elle ainsi déclaré.

A LIRE AUSSI >> Laurence Rossignol compare les femmes voilées aux "nègres américains"

Ces protestations pourraient-elles décourager les enseignes en question ? A voir... "Les musulmans représentent 22% de la population et leurs exigences vestimentaires sont trop souvent délaissées par les grandes maisons de couture et de prêt-à-porter européennes", avait expliqué début janvier Stefano Gabbana et Domenico Dolce, pour justifier leur démarche.

A LIRE AUSSI >> Marks & Spencer, Uniqlo… : ces marques qui se lancent sur le marché de la mode islamique