Parce qu'il a soutenu François Hollande
Le soir de la victoire du candidat PS à l'élection présidentielle de 2012, l'ancien vainqueur de Roland Garros chantait pour lui place de la Bastille. Depuis, en dépit du désamour des Français envers leur président, Yannick Noah persiste et signe. "C'est la crise. Il faut qu'on se serre la ceinture et qu'on y aille tous ensemble", déclarait-il au Monde, en mai 2013. "Sincèrement, je ne pense pas que la situation du pays soit la faute de Hollande".

Parce qu'il s'en est pris au Front National...
Dans la chanson "Ma Colère", extraite de son dernier album, Yannick Noah dit ce qu'il pense du parti arrivé en tête aux dernières élections européennes. Du moins il s'en prend à lui. "Ma colère n'est pas un front, elle n'est pas nationale", lance-t-il sur le refrain. Puis plus loin : "Ma colère n'est pas nationale car ma colère a tout l'honneur de combattre la leur". Des paroles raillées par Marine Le Pen : "Je ne suis pas sûre que cela fasse beaucoup de ventes".

… mais qu'il n'assume pas totalement
Dans une interview accordée à metronews à l'occasion de la sortie de l'album Combats Ordinaires, en juin dernier, Yannick Noah calmait le jeu au sujet de ce fameux single. "Cette chanson ce n'est pas un "coup" pour les élections européennes", assurait-il. "Je m'en fous, des élections, ma vie, elle est comme ça, avec ou sans élections, je sais qui je suis (…) Je n'ai pas envie de faire changer d'avis, je suis trop occupé". Bref qui m'aime, me suive. Les autres...

Parce qu'il y a plus consensuel que lui
Qu'il parle politique, dopage ou musique, Yannick Noah ne cherche effectivement pas, ou plus à séduire l'ensemble des Français. Tout l'inverse d'un Jean-Jacques Goldman, numéro 1 du top 50 du JDD depuis 2013. Lequel, en œuvrant dans l'ombre avec "Les Restos du cœur", privilégie l'action à la parole. Ce qui ne veut pas dire que l'interprète de "Saga Africa" se tourne les pouces : il travaille toujours activement pour "Les Enfants de la Terre", l'association qu'il a créée avec sa mère, Marie-Claire, décédée en 2012.

Parce que son album a déçu
Même s'il est entré à la première place des charts français, Combats Ordinaires s'est moins bien vendu que les précédents. Alors que Frontières s'était écoulé à 90 000 exemplaires en une semaine, ce dernier disque plus sombre, plus engagé aussi, a du se contenter d'un démarrage à 40 000 exemplaires en quinze jours, avant d'être détrôné par la compilation La Bande à Renaud. Sa prochaine tournée, qui débutera le 10 octobre à Limoges, et fera une longue escale par le Palais des Sports de Paris en novembre, lui permettra-t-elle de ranimer la flamme ?