C'est quoi, Duels ?
C'est un peu la littérature comparée du doc audiovisuel. Les Duels passés ont mis face à face des personnalités rivales dans un domaine particulier : on a ainsi pu voir un Delon/Belmondo et un Steve Jobs/Bill Gates dans la saison 1, un Staline/Trotski et un Yves Saint Laurent/Karl Lagerfeld dans la saison 2. L'intérêt de ces portraits croisés, signés par des réalisateurs différents, est de mettre en lumière les armes et les faiblesses d'une personnalité et ses différents moyens de conquérir un Graal bien déterminé. Avec des images d'archives souvent sensationnelles et une touche d'humour toujours bienvenue.

Quels sont les temps forts à venir ?
Si elle donne toujours la part belle à des personnalités à la fois antagonistes et complémentaires (Elizabeth II/Diana, Godard/Truffaut, Rolling Stones/Beatles), la saison 3 se penche sur des institutions comme CIA/FBI ou Boeing/Airbus, et des exceptions culturelles françaises comme 2CV/4L. Chaque sujet permet de découvrir une époque, une mode et des manières de penser qui ont fait tourner le monde, avec un bienveillant recul.

On commence avec quoi ?
Paris/province : une rivalité capitale est une carte de visite idéale pour découvrir l'esprit de la série. Réalisé par Christophe Duchiron, le film réunit habilement séquences d'animation, archives et témoignages de personnalités pour parler de l'amour-haine qui sépare les deux grands peuples de notre beau pays – guéguerre qui, comme vous le verrez, est un peu la faute de Dieu. Entre le snobisme des Parisiens et l'ennui des provinciaux, les clichés sont aussi nombreux que les noms d'oiseaux, et la mauvaise foi des uns et des autres regorge de bons mots (comme le disaient les frères Goncourt : "en province, la pluie devient une distraction").