Parce que l'histoire est captivante
Un beau matin, cinq citoyens israéliens sans histoire découvrent qu'ils sont suspectés d'avoir enlevé le premier ministre iranien lors d'un voyage officiel à Moscou. Complètement sonnés au départ, ils lèvent peu à peu le voile sur leur véritable identité. Sont-ils vraiment des espions du Mossad ? Quelqu'un a-t-il utilisé leur identité pour cette opération secrète ? Cette nouvelle série israélienne d'espionnage va vous faire passer des nuits blanches.

 Parce que les comédiens sont sexy
Si le scénario et la mise en scène de False Flag sont très habiles, cette série chorale est emmenée par une jolie brochette de comédiens au charme indéniable. Il y a Ben Raphaël (Ishai Golan, acteur montant du cinéma israélien que l'on a vu dans Homeland) qui joue un chimiste et père de famille sans histoire, Natalie (Magi Azarzar) une belle plantequi doit se marier le jour même avec un jeune magistrat ou encore Sean Tilson (Angel Bonanni), le beau gosse au look de surfeur qui ne laissera pas les demoiselles indifférentes.

 Parce que les Américains prévoient d'en faire un remake
Librement inspirée d'un fait réel (l’assassinat de Mahmoud al-Mabhouh, un haut dignitaire du Hamas) la série d'espionnage qui, au passage, a obtenu le prix du public 2015 au festival français Séries Mania, prouve une fois de plus le talent des scénaristes israéliens en matière de fiction. A l'image d'Hatufim, qui a inspiré Homeland, False Flag (Shkufim, en VO) va également faire l'objet d'un remake américain par la Fox.La chaîne a également acquis les droits de la fiction qu'elle prévoit de diffuser dans 127 pays.

False Flag, tous les jeudis, à 20 h 55, Canal +.